La Nouvelle Tribune

Soutien au peuple Burkinabé : la Cpfg exige le rapatriement des membres du régime Compaoré en asile au Bénin

Espace membre

Les membres de la Convention patriotique des forces de la gauche (Cpfg) ont témoigné, hier 6 novembre à la bourse du travail,  de leur admiration et gratitude au peuple Burkinabé en lutte actuellement contre la tyrannie.  Occasion pour ceux-ci d’exiger des autorités béninoises le rapatriement de tous les alliés du gouvernement déchu au Burkina-Faso pour qu’ils répondent de leurs actes.

Les acteurs de l’oppression du peuple burkinabé, sorti de sa torpeur jeudi 30 octobre, ne sauraient restés impunis. Ils devront répondre de leurs crimes et de leur complicité durant les vingt-sept années passées à la tête du pays. C’est le souhait le plus ardent, du moins, l’exigence de la Convention patriotique des forces de gauche (Cpfg) actuellement. En effet, les membres de ladite convention, à l’occasion d’une conférence de presse hier, ont considéré  l’asile accordé à certains membres du gouvernement déchu de Compaoré et à leur famille par le Bénin comme « un autre forfait contre les peuples béninois et burkinabé ». Ils ont exigé par conséquent, le rapatriement des mis en cause vers leur pays, le Burkina-Faso, afin qu’ils puissent être soumis à la rigueur de la loi. « la terre béninoise ne servira jamais de refuge à des criminels des autres pays africains». Les conférenciers mettent, alors, en garde le Chef de l’Etat béninois qui a accepté abriter des alliés du Président Compaoré aussi en fuite qu’il faut retourner dans son pays.

Admiration, soutien, invite

La conférence de presse d’hier a été une occasion pour les membres de la Cpfg d’exprimer leur admiration au peuple Burkinabé tout en les remerciant. Car, « ils ont montré la voie à toute l’Afrique et au Bénin particulièrement », se réjouit Luc Agnankpé, membre de la Cfpg. Et au président de la même convention, Philippe Noudjènoumè, d’ajouter que cette insurrection historique populaire du Burkina-Faso vient confondre ceux qui pensent que les peuples au sud du Sahara ne sont pas assez courageux pour enclencher leur printemps propre à eux. Il en a profité pour exhorter le Président Béninois à s’inspirer des évènements qui se sont déroulés au Burkina-Faso ces derniers jours pour éviter au Bénin d’en arriver à ce stade. Pour finir, les membres de la Cfpg par la voix de Mathurine Sossoukpè, ont réitéré leur soutien au peuple Burkinabé pour les luttes précédentes, en cours et à venir notamment pour éviter que l’armée leur confisque le pouvoir