La Nouvelle Tribune

Burkina Faso : La désobéissance civile comme arme pour empêcher le référendum

Espace membre

Malgré la transmission du projet de loi portant révision de la constitution, le référendum recherché par Blaise Compaoré le président burkinabé, pour se fossiliser au pouvoir n’aura pas lieu selon les forces politiques de l’opposition qui ont appelé à l’observation d’une désobéissance civile dès le mardi 28 octobre prochain et ceci jusqu’au retrait dudit projet de loi. 

Blaise Compaoré s’est ainsi attiré la foudre des opposants à son projet monarchique qui ne manquent pas de mots pour dénoncer tout le mal que cela représente pour l’avenir du pays. Tout comme au Sénégal, le mouvement « y’en a marre » coordonné  par Fadel Barro s’est également lancé dans la lutte pour la préservation des acquis démocratiques au pays des hommes intègres. L’attitude du président Compaoré dit-il dans une interview à Rfi, lui inspire « tout simplement du dépit ». Selon lui le Président burkinabé au pouvoir depuis 27 ans devait avoir « marre » de continuer à gouverner le pays. En collaboration avec le mouvement  citoyen burkinabé « Le balai citoyen », ils réfléchissent au moyen pour empêcher Blaise Compaoré de parvenir à ses fins.Tout comme ces mouvements de la société civile, l’opposition politique qui a fort à gagner en bloquant le plan de Blaise Compaoré, mène des campagnes de sensibilisation des députés pour que ce projet de loi ne passe pas. Que « tous les députés patriotes épris de paix et de liberté » fassent preuve de dignité a lancé, Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition.