La Nouvelle Tribune

Conférence anti-tabac : les barrons du tabac se plaignent de leur exclusion

Espace membre

Exclus des échanges de six jours qui se mènent depuis lundi à Moscou sur la lutte contre le tabac, les industriels du tabac attaquent l’Oms et les délégations des 195 pays qui prennent part à ces discussions qui se tiennent dans le cadre de la conférence internationale antitabac. 

Dimanche déjà, veille du démarrage des travaux pour l’élaboration d’un nouveau plan antitabac, le lobby, principalement l’International taxe and  investment center (Itic), a organisé une conférence de presse pour fustiger leur absence sur les lieux de discussion sur le sort de leur activité. Le tabac est un vaste secteur qui brasse des milliards de dollars par an et emploie beaucoup de personnes. C’est d’ailleurs l’argent qui pourrit dans ce secteur qui fait que les mesures antitabac prises jusqu’à ce jour n’ont pas porté des fruits à la hauteur des prévisions.

Les grandes firmes du tabac sont accusées d’infiltrer les instances de décision pour amener des délégués à voter contre des mesures répressives. Dans cette lutte pour l’emporter sur les antitabacs, ces firmes, auraient recours à Interpol. On se rappelle des révélations sur des rapprochements secrets entre Philip Morris et Interpol à qui il aurait versé 15 millions d’euro en 2012.

Afin d’éviter que de telles supputations avilissantes ne se fassent au sujet de la présente conférence, lundi,  Mme Margaret Chan, la patronne de l’Oms s’était clairement opposée à la présence des barrons de la cigarette. Elle a aussi appelé les délégués à s’immuniser contre les jeux de séduction de ces firmes qui feraient feu de tout bois pour les accrochés.