La Nouvelle Tribune

Armée nigériane: peine capitale pour 12 soldats responsables de mutinerie et autres actes.

Espace membre

Contrairement à ce qui se passe depuis plusieurs mois au Nigéria, ce ne sont pas des combattants de Boko Haram, mais les autorités du pays eux-mêmes qui vont tuer des soldats. Responsables de mutinerie et accusés de désobéissance, complot criminel, d’insubordination, tentative de meurtre et fausses accusations, douze soldats nigérians ont été condamnés ce mardi à la peine de mort par un tribunal militaire.

Les faits remontent au 14 mai dernier. En protestation au mystère qui couvrait la mort de certains de leurs camarades dans une embuscade islamiste, ces soldats, 18 au total, appartenant au 101ème bataillon avaient fait feu au passage à Maiduguri QG historique de Boko Haram, d’un convoi du général Amadou Mohammed, commandant de la 7e division. En dehors des 12 condamnés, un soldat a été condamné à 28 jours de travaux forcés et les autres jugés ont été acquittés.

Le président du tribunal militaire qui a rendu ce verdict a annoncé que les peines seront appliquées si les hauts gradés de l’armée nigériane donnent leur feu vert. Ce verdict, a-t-il  expliqué, a été motivé par l’impact qu’a eu cette révolte sur la lutte anti-terroriste menée contre Boko Haram dans le nord du pays.