La Nouvelle Tribune

Tunisie : Ennahda recherche des maris pour les femmes divorcées

Espace membre

Souvent appelées des «blessées de guerre », en Tunisie, les femmes divorcées ont de plus en plus de mal à se trouver un nouveau mari. Dédaignées par les jeunes, et objets de stigmatisation dans la société tunisienne, elles ont trouvé un défenseur pour leur cause. 

Le chef du parti islamiste tunisien Ennahda, Rached Ghannouchi. Mercredi, lors de la journée de la femme en Tunisie, il a appelé les jeunes Tunisiens à s’intéresser aux femmes divorcées et aux femmes trentenaires sans homme.

Plaidant la cause de ces femmes dans un message qu’il a délivré à l’occasion la journée de la femme en Tunisie, il a déclaré : « Nos filles divorcées méritent tout le respect » ; « Aujourd'hui, 30 ; 35 et 40 ans, c'est jeune aussi ».  Le constat en Tunisie, selon Sonia Rached, présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates, est que « c’était difficile, pour les femmes, d’accepter ou d’être acceptées à cause de leur statut de divorcées. »

Dans le pays, les mariages coûtent chers et de plus en plus de divorces sont enregistrés.  Après le mariage, c’est la traversée du désert pour les couples et alors, souligne Mohamed est âgé de 29 ans, « là, c’est le divorce ».

Paradoxal, en Tunisie ce sont les femmes qui se précipitent pour demander le divorce. « Ce qui change dans la société, c’est que ce sont les femmes qui demandent de plus en plus le divorce – normalement ce sont les hommes qui demandent le divorce – et il y a des femmes qui choisissent librement de ne pas se marier si le mariage n’apporte pas un plus » apprend  Sonia Rached.

Tombées dans la solitude après les divorces ou pour avoir relégué le mariage à la dernière préoccupation pendant des années, ces femmes divorcées ou trentenaires célibataires sont appelées par Le chef du parti Ennahda à ne pas « perdre espoir de se marier »  ou remarier.