La Nouvelle Tribune

Californie : une juge casse un accord «anti-embauche» entre géants du High-tech et du web

Espace membre

Aux Etats-Unis, dans l’Etat de Californie et plus précisément dans la Silicon Valley, certains géants du High-tech et du web avaient passé un accord à l’amiable pour ne pas débaucher leurs salariés respectifs. Datant de Steve Jobs, le défunt patron d’Apple décédé le 5 octobre 2011. 

Ce pacte a été signé entre les géants comme Apple, Google, Intel, Adobe. L’objectif est d’éviter les inflations de salaires dans un milieu où les talents d’un géant peuvent être débauchés par un autre, avec à la clé de fortes augmentations salariales. Les parties prenantes à ce pacte avaient en contrepartie dédommagé leurs salariés à hauteur de 324 millions de dollars. Soumis à validation dans un tribunal californien, l’accord a été rejeté. Ce vendredi 08 août 2014, la juge Lucy Koh a refusé de valider ce pacte d’entente entre ces seigneurs de la Silicon Valley. Elle a jugé insuffisant les 324 millions de dollars versés aux 60 000 salariés des entreprises concernées. Elle voit en cet accord à l’amiable « une vaste conspiration », un « règne de la peur » orchestré par Steve Jobs. La magistrate avance comme preuve des e-mails échangés entre le génie de la marque à la Pomme et les autres chefs d’entreprises. La juge Lucy Koh offre deux options aux signataires de l’accord : une augmentation des 324 millions de dollars versés aux salariés ou un procès.