La Nouvelle Tribune

Gay Pride : en Ouganda les homos dansent sur la défaite du Président Yoweri Museveni

Espace membre

Le malheur des uns fait vraiment le bonheur des autres. C’est ce qui s’est passé en Ouganda  où les militants de la cause homosexuelle ont à travers musique, chant et danse célébré samedi, l'annulation d'une nouvelle législation anti-homosexualité.

Ces hommes obligés autrefois de se cacher puisque, recherchés, traqués par le pouvoir pour leur orientation sexuelle, ont festoyé à visage découvert, en plein air sur les bords du lac Victoria pour leur Gay Pride. Ceci à un kilomètre du palais présidentiel d'Entebbe, à 35 km de Kampala, la capitale.

« C'est un jour de fête pour chacun d'entre nous, C'est l'occasion de nous retrouver. Tout le monde devait se cacher à cause de la loi contre l'homosexualité », a enchainé Sandra Ntebi, l'une des organisatrices de cette Gay Pride.

Pendant que les gays se réjouissent, le gouvernement se prépare à l’attaque.  Fred Ruhinda, adjoint du conseiller juridique représentant le gouvernement en justice ne le cache pas. « Nous ne sommes pas satisfaits de la décision de la Cour et nous avons fait appel »  devant la Cour suprême, a-t-il confié à l'AFP. Selon le conseiller, « La loi n'avait pas l'intention de stigmatiser les homosexuels, elle visait l'intérêt général ».

"L'Ouganda  est l’un des nombreux pays africains qui ont des législations interdisant ou réprimant l'homosexualité. Le président Yoweri qui n’a pas encore dit son dernier mot dans cette bataille avec les mouvements pro-gay, veut corser la législation de son pays pour bien réprimer les pratiques ou comportements homosexuels. Comme lui, le président nigérian Goodluck Jonathan a promulgué une loi qui interdit les unions entre personnes de même sexe et réduit considérablement les droits des homosexuels.