La Nouvelle Tribune

Terrorisme en Afrique : Aasu recommande une implication plus accrue de la jeunesse

Espace membre

Une délégation de six jeunes béninois a pris, activement, part au 4ème Sommet des jeunes et étudiants africains déroulé à Accra du 28 juillet au 2 août dernier. Initié par All africa-students Union (Aasu), le sommet axé sur la lutte contre le terrorisme en Afrique est sanctionné par un communiqué final. 

La lutte contre le terrorisme en général, Boko Haram, en particulier sur le continent africain a nourri les débats au cours du 4ème sommet des jeunes et étudiants africains qui s’est ouvert au Centre international de conférence d’Accra (Ghana), lundi 28 juillet. Et a réuni, sur l’initiative de All africa students Union (Aasu), plusieurs jeunes africains venus d’une vingtaine de pays africains dont le Bénin, le Burkina-Faso, le Nigéria, le Zimbabwé et le Kénya ont, trois jours durant, réfléchi sur leur part de responsabilité dans la lutte contre le terrorisme sur le continent. Ainsi, la délégation béninoise composée de six membres conduite par Armel Fangnon, ancien président de l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb) et Vice-Président de Aasu, région Afrique de l’Ouest, a positivement marqué sa participation par ses nombreuses propositions adoptées dans le communiqué final.

En effet, si le communiqué final adopté par l’ensemble des participants du sommet, dans sa globalité, recommande aux décideurs politiques une plus grande implication des jeunes dans les initiatives de lutte contre le terrorisme en Afrique, la délégation béninoise est allée plus loin. Ceci, en proposant une veille permanente des jeunes africains à travers une plate-forme régionale d’actions sur la question, une campagne de sensibilisation, de formation et d’information des jeunes des régions reculées sur le sujet. Car, « les jeunes sous informés constituent une proie facile au terrorisme et deviennent très tôt ses acteurs…», justifie Armel Fangnon. Son opinion semble partagée par le Ministre Ghanéen de la jeunesse et du sport, Mahama Ayarigah, et l’Ambassadrice du Zimbabwé près le Ghana, Pavelyn Musaka. Lesquels ont promis vulgariser lesdites recommandations auprès de la Cedeao et autres organisations d’intégration régionale. Il est à souligner qu’en marge du sommet d’Accra, la délégation béninoise a célébré, avec les Béninois résidents, le 54ème anniversaire de l’indépendance du Bénin à l’ambassade du pays près le Ghana. Réunis sur l’initiative de l’Ambassadeur Nahum Assouma, les Béninois ont été replongés, un instant, dans l’histoire politique de leur pays.