La Nouvelle Tribune

Procès Marcel Ntsourou : «le juge congolais n’est pas à la botte des hommes politiques »

A lire

Afrique du sud : Jacob Zuma choqué des inégalités entre noirs et blancs malgré la fin de l’apartheid

Il y a pire que le terrorisme islamiste selon Bill Gates

se connecter
se connecter

C’est ce mercredi que le procès du colonel Marcel Ntousourou amorce sa 2ème semaine en République du Congo. Reçu sur l’émission « Invité Afrique » de Rfi, Bienvenue Okiémy, ministre congolais de la Communication, récuse les accusations de procès politique contre le colonel Ntousourou, ancien numéro 2 des renseignements de Kabila. 

« Le juge congolais n’est pas à la botte des hommes politiques » a-t-il dit. Selon lui, « ce procès existe simplement parce que le 16 décembre 2013 le colonel Marcel Ntsourou et ses hommes ont fait le feu … Ils se sont organisés en bande armée». De nombreuses autres personnes dont des civils, chauffeurs, employés sont aussi concernés par ce procès. Ils étaient 113 à être arrêtés comme le colonel Ntousourou. Pour le ministre de la communication, ils ne sont pas arrêtés à tort. « Ils faisaient partie d’une organisation appelant à la rébellion. Ils ont opposé une résistance à l’autorité publique ! Ils ont désobéi à l’autorité publique ! », a expliqué le ministre Bienvenue Okiémy selon qui Chaque procès « est un procès juste, un procès équitable ».