La Nouvelle Tribune

Mondial 2014 - élimination du Cameroun : les Lions Indomptables doivent réapprendre à rugir

Espace membre

Au bout de ses trois matchs de poule, le Cameroun retourne à Yaoundé avec de piètres prestations. Les Lions Indomptables auront marqué par un parcours sportif et extra sportif chaotique. Il est peut être tant que le Cameroun refondre son football et réapprendre à aller en coupe du monde

Trois matchs, trois défaites, neuf buts encaissés, un but marqué, un carton rouge. Le Cameroun a traversé la 20è édition de la coupe du monde comme un distributeur attitré de points. Il a perdu contre le Mexique (0-1), la Croatie (0-4) et contre le pays organisateur le Brésil (1-4). Sans conviction et avec un entraineur, Volker Finke qui est apparu souvent avec le regard dans le vide et impuissant, les Lions indomptables ont été trop nuls dans le jeu que leur prestation contre le Brésil aura été le seul point de lumière dans leur séjour brésilien. Souvent dans un 4-4-2 classique, l’équipe a manqué d’équilibre et s’est trop souvent présentée sur la pelouse sans repère, sans ambition. Trop vite dépassé dans le jeu et dans le combat physique avec un axe central de la défense beaucoup trop fébrile, le Cameroun n’a jamais montré dans ce mondial qu’il était de niveau et n’a en aucun moment laissé transparaitre une lueur d’espoir. Au contraire, on a pu observer une équipe trop brouillonne qui manquait d’envie et qui techniquement a fait montre d’une faiblesse déconcertante.

Désolation et honte

Mais, ce qui aura marqué les esprits dans ce mondial camerounais est bien le spectacle déshonorant que ces Lions Indomptables ont montré au monde. D’abord, ce coup de coude du jeune milieu de terrain du Fc Barcelone, Alexandre Song. L’ex- joueur d’Arsenal a assené un coup de coude volontaire au Croate Mandzukic, lors d’une défaite (4-0) des «Lions indomptables». Le milieu défensif du Fc Barcelone a fini avec trois matchs de suspension et une amende 20,000 Francs Suisse (10 millions 808 milles FCFA). Un geste stupide qui conviendrait maître sous le coup de la jeunesse mais qui n’excuse nullement le joueur. Ensuite, on a eu droit à presque un pugilat entre deux joueurs camerounais: Assou-Ekoto et Benjamin Moukandjo. Deux coéquipiers qui se sont mis à se disputer violemment sur la pelouse après que le premier a donné un  coup de tête au second au cours du match contre la Croatie.          

Minés par un problème de primes

On gardera aussi à l’esprit l’avant coupe du monde agité des Camerounais. Le groupe devait s’envoler pour le Brésil le dimanche 8 juin. Mais les joueurs ont refusé de prendre leur vol pour un désaccord concernant le montant de leurs primes. Ils ont estimé  que leur prime n’est pas assez élevée. Le gouvernement a d’abord proposé environ 61 000 euros par joueur pour leur participation au Mondial. Une somme revue à la hausse par la suite (68 602 euros). Mais les joueurs sont demeurés insatisfaits et le jour du départ, ils ont préféré rester dans leur hôtel, à Yaoundé avant qu’un compromis ne soit trouvé avec la fédération. L’équipe rejoint finalement le Brésil avec un jour de retard. Et c’est dans cette ambiance avec une partie de la délégation interdite de vol à la dernière minute, que les Lions ont entamé cette coupe du monde.

Maintenant, après ce parcours chaotique, il faut que les dirigeants du football camerounais se retrouvent pour revoir leur manière de préparer leur équipe nationale à une compétition majeure. Ceci pour l’image du Cameroun et pour celle de l’Afrique.