La Nouvelle Tribune

Festival du cinéma africain de Khouribga au Maroc : la cinéaste béninoise Sandra Adjaho, membre du jury

Espace membre

La compétition internationale de films de long métrage dans le cadre de la 17ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga qui s’ouvre le 14 Juin prochain au Maroc sera évaluée par un jury au sein duquel va siéger la cinéaste d’origine béninoise Sandra Adjaho. Elle sera à ce festival avec d’autres compatriotes invités à d’autres fins.

Du haut de ses 07 ans d’expérience en tant qu’actrice, 5 ans de réalisation, 12 ans au titre de communicatrice et publiciste, 16 ans en danse et chorégraphie,…, Sandra Adjaho a séduit la Fondation du Festival du cinéma africain de Khouribga. Celle-ci a sélectionné à cet effet, la jeune dame béninoise du 7ème art pour porter son regard critique sur les productions qui seront soumises à la compétition internationale de longs métrages. Ceci, à l’occasion de la 17ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga au Maroc du 14 au 21 juin prochain.

Sandra Adjaho est elle-même, auteure d’un long métrage, «Ah, la vie» qu’elle a réalisée en septembre 2006. Mais, elle a également joué dans plusieurs films en tant qu’actrice principale. Entre autres, on peut citer «Retour du roi» de Roger Nahum et «Un pas en avant, les dessous de la corruption» de Sylvestre Amoussou qui a été primé au Fespaco 2011 en sélection officielle. Elle a aussi joué respectivement comme actrice principale et actrice secondaire dans le court métrage «A qui le tour ? » de Samson Adjaho nominé et primé au Festival Clap ivoire, et la série télévisée «Deuxième bureau : Famille Tampis» de Sanvi Panou». En tant que réalisatrice et actrice, la télévision nationale du Bénin a eu recours aux compétences de Sandra Adjaho pour le sketch télévisé «Soucis de Pâques». Une expérience qui s’est répétée avec la télévision privée béninoise Golfe dans «Ta mère, c’est ma mère» où Sandra est intervenue en qualité de coréalisatrice et actrice.

Dorothée Dognon et Dimitri Fadonougbo aussi

Sandra Adjaho ne sera pas la seule béninoise à cette 17ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga. Comme elle, d’autres béninois ont été invités au Maroc. Ce sont, le président de la Fédération des associations du cinéma et de l’audiovisuel du Bénin (Fenacab), Dimitri Fadonougbo et le Directeur de la cinématographie au Bénin, Dorothée Dognon.

Le président de la Fenacab, apprend-t-on, y sera pour finaliser le film «Retour du roi» avec ses collègues marocains. A noter que ce long métrage est une coproduction du Bénin et du Maroc. Dimitri Fadonougbo voyage sur le Maroc dans le but de «renouer les contacts avec les cinéastes marocains afin de décrocher des contrats de formation et d’échanges d’expériences entre ces derniers et les professionnels béninois». L’objectif général étant, à l’en croire, «de sortir le cinéma béninois de sa léthargie» et de le hisser sur la grande scène du cinéma mondial. Lequel objectif sous-tend aussi la présence du Directeur de la cinématographie à ce rendez-vous international. Car, apprend-t-on, y va-t-il «pour négocier des contacts fructueux au profit des cinéastes béninois ». Mais en avant, il est invité à ce festival pour apporter son expertise au royaume de Sa Majesté Mohammed VI dans sa vision de redorer le blason du cinéma marocain.