La Nouvelle Tribune

Economies africaines : le Fmi met en garde contre les risques d’un appétit croissant pour la dette souveraine

Espace membre

Le financement de l’économie africaine par les émissions obligataires pourrait s’avérer dangereux pour ladite économie. Cette remarque, c’est le Fonds monétaire international (Fmi) qui l’a faite. 

En effet, le Fmi a mis en garde les pays africains à propos de leurs émissions obligataires. Selon sa Directrice Générale, Christine Lagarde, ces derniers risquent de surcharger leurs économies avec trop de dettes et de faire dérailler l'excellente conjoncture économique de la région. «Les émissions obligataires représentent un financement supplémentaire, mais accentuent la vulnérabilité.», a déclaré Lagarde dans une interview au magazine Financial Times. Les pays d'Afrique subsaharienne ont bénéficié au cours des cinq dernières années de l'appétit des investisseurs pour le rendement grâce à des politiques monétaires ultra-accommodantes aux États-Unis, au Japon et en Europe.

Mais la Dg du Fmi a prévenu que les investisseurs commençaient à exiger des taux d'intérêt plus élevés pour détenir de la dette de certains pays africains, signe que le marché est devenu de plus en plus prudent quant à la hausse des déficits budgétaires. Le niveau d'endettement moyen au Sud du Sahara, s'il se situe en deçà de 40%, augmente depuis la crise financière, notamment parce que les deux tiers des pays subsahariens ont mené des politiques de relance budgétaire. Le Fmi prévoit que les déficits budgétaires en Afrique subsaharienne atteindront 3,3% du PIB en 2014 contre 2,5% en 2004.