La Nouvelle Tribune

Burkina-Faso : l'assassinat d’un juge provoque de vives réactions d’un parti sankariste

Espace membre

Salifou Nébié. C’est le nom du juge burkinabais dont l’assassinat, dans la nuit du 24 au 25 mai,  courrouce les membres de l’Union pour la renaissance/Parti (Unir/Ps) un parti sankariste. Le juge Salifou Nébié qui est membre du Conseil constitutionnel a été tué à Saponé, une localité située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Ouagadougou. 

Dans sa déclaration parvenue à l’Agence de presse Africaine (Apa), le parti sankariste de l’opposition a qualifié le crime «d’assassinat crapuleux ». Pour l’Unir/Ps  qui fustige « l'insécurité ambiante au Burkina Faso » ce crime est un appel à la vigilance car  « désormais chaque burkinabè est exposé de la même manière, y compris les magistrats dont la mission c'est aussi de poursuivre et de juger les coupables si on peut les arrêter ».

Comme pour Sankara

L'Unir/Ps qui est monté au créneau, demande aux différentes forces de la société civile et judiciaire de se mettre dans la danse pour que vérité et justice soient faites pour honorer Nebie Salifou. C’est aussi, selon parti le moment de se lever comme un seul homme pour exiger toute la lumière dans les crimes odieux et impunis de Thomas Sankara, Norbert Zongo, Nebie Flavien. Selon le Procureur général Wenceslas Ilboudo qui a confirmé la rumeur de l’assassinat du juge Salifou Nébié à la Radiodiffusion télévision du Burkina (Rtb),  une enquête est ouverte en vue de découvrir les circonstances de cette mort.