La Nouvelle Tribune

Thaïlande : l’armée opère un coup d’Etat

Espace membre

« Pour que le pays revienne à la normale, les forces armées doivent prendre le pouvoir à partir du 22 mai à 16 h 30 », soit 09 h 30 Gmt. En Thaïlande, c’est ainsi que le général Prayut Chan-O-Cha a annoncé, ce jeudi 22 mai 2014, la prise du pouvoir par l’armée a-t-on appris de divers medias internationaux

Le coup d’Etat tant redouté avec la crise politique que connait le pays depuis sept ans, a fini par survenir. « Tous les Thaïlandais doivent rester calmes et les fonctionnaires doivent continuer à travailler comme d’habitude », a ajouté le général Prayut Chan-O-Cha, chef de l’armée. Ce putsch intervient à la suite de l’instabilité que connait la Thaïlande depuis fin 2013. Les contestations contre le régime de la première ministre Yingluck Shinawatra, suspension du Parlement, destitution de la première ministre et d’une grande majorité de ses ministres.

La destitution du gouvernement Shinawatra a débouché sur la mise en place d’un gouvernement intérimaire chargé d’organiser les élections le 20 juillet. Cette mesure n’a pas mis fin aux manifestations, dans les rues de la capitale Bangkok, des pros et anti-gouvernement Shinawatra. Les opposants au régime ont rejeté l’idée des législatives de juillet. Ils ont même décidé de former leur propre gouvernement, un conseil du peuple. Les manifestations se sont donc poursuivies. L’armée qui avait menacé d’intervenir a décrété mardi 20 mai dernier la loi martiale. Des voix avaient crié à un coup d’Etat qui ne dit pas son nom. Et voilà. Le putsch vient d’être fait sans ambages. La constitution thaïlandaise a été suspendue par les militaires. Les manifestants ont été sommés de rentrer chez eux. Sur ordre des putschistes, les chaines de télévision et de radios ont interrompu leurs programmes pour ne se consacrer qu’à la diffusion des bulletins du nouveau régime. Ce putsch est le 12ème que connait la Thaïlande en 80 ans.