La Nouvelle Tribune

Libye : un ex-général s’oppose aux autorités dans le combat contre les milices islamistes

Espace membre

Khalifa Haftar, un général à la retraite et les autorités libyennes sont à couteaux tirés dans la manière de combattre les milices islamistes. Après un combat qui a fait 79 morts et 141 blessés vendredi à Benghazi, dans l'Est libyen, Samedi, l’ex-général chef d'une force paramilitaire en Libye a ouvertement déclaré son engagement à poursuivre son offensive contre des milices islamistes.

Son offensive ne plaît guère aux autorités libyennes. Selon les autorités, son opération était une tentative de coup d'Etat. Dans un communiqué, le président du Congrès général national Nouri Abou Sahmein a déclaré qu’il s’agit d’un agissement en dehors de la légitimité de l'Etat et un coup d'Etat. « Tous ceux qui ont participé à cette tentative de coup d'Etat vont être poursuivis par la justice » a lancé Nouri Abou Sahmein.

Cette menace n’inquiète pas non plus le général Haftar. « L'opération va continuer jusqu'à purger Benghazi des terroristes », assure M. Haftar qui se défend « notre opération n'est pas un coup d'Etat et notre objectif n'est pas de prendre le pouvoir(…). Cette opération vise un objectif précis qui est d'éradiquer le terrorisme en Libye ». Pour son offensive, il a bénéficié pour cette opération de la défection d'officiers et d'unités de l'armée ainsi que du soutien d'avions et d'hélicoptères de combat. Il se présente comme le chef de l'armée nationale qui n'est toujours pas opérationnelle trois ans la chute de Kadhafi.