La Nouvelle Tribune

Merkel et Hollande: en Ukraine, « toutes les parties doivent s’abstenir d’actes de violences »

Espace membre

« Toutes les parties doivent s’abstenir d’actes de violence, d’intimidations et de provocations. Les armes doivent être collectées à partir du 15 mai sous la surveillance de l’Osce ». Ceci est un extrait d’une déclaration commune franco-allemande sur la situation en Ukraine. François Hollande et son homologue allemande Angela Merkel se sont retrouvés les 9 et 10 mai à Stralsund, la circonscription de Merkel, située au nord-est de l’Allemagne.

Les deux dirigeants se sont réunis pour célébrer l’amitié liant leurs deux pays. Occasion pour aborder plusieurs sujets d’intérêts communs dont l’avenir de l’Europe et la crise ukrainienne. Sur l’Ukraine, le couple franco-allemand a adopté une déclaration commune en cinq points. Elle met surtout les autorités de la transition devant leurs responsabilités. Merkel et Hollande se prononcent sur la tenue d’élections libres et transparentes, la désescalade, le dialogue national, le processus constitutionnel et la coopération économique.

Cette déclaration est faite dans un contexte où Poutine s’est rendu en Crimée pour une première fois depuis le rattachement de la péninsule à la fédération de Russie. « Les forces de sécurité ukrainiennes devraient s’abstenir de conduire des actions offensives avant les élections ; l’usage légitime de la force pour protéger les biens et les personnes doit être proportionné », indique le texte. Les élections présidentielles de sortie de transition sont prévues pour le 25 mai prochain. C’est d’ailleurs pourquoi Hollande et Merkel martèlent : « les referendums planifiés dans plusieurs villes à l’est de l’Ukraine sont illégaux (…) les forces russes stationnées à proximité de la frontière ukrainienne doivent réduire de manière visible leur posture d’alerte ». Ils exhortent les autorités ukrainiennes à engager « dès que possible » et « au plus tard avant le 25 mai » le dialogue national et à lancer de façon concrète le processus constitutionnel impliquant la mise en œuvre de certaines réformes.