La Nouvelle Tribune

Thaïlande : la première ministre Yingluck Shinawatra destituée pour abus de pouvoir

Espace membre

Les contestations de l’opposition il y a quelques mois n’ont pas pu l’emporter. Mais son propre style de gouvernance vient de la faire chuter. Yingluck Shinawatra n’est plus la première ministre de la Thaïlande. Ce mercredi 7 mai 2014, la Cour constitutionnelle thaïlandaise l’a démise de ses fonctions pour abus de pouvoir. 

La désormais ex-première ministre est accusée par les juges de la haute juridiction d’avoir « abusé de son statut » en renvoyant en 2011 le chef du Conseil national de sécurité, Thawil Pliensri. Sur ordre du tribunal administratif, ce dernier a d’ailleurs été réintégré dans ses fonctions. Même si, l’ex-première ministre a martelé qu’il a été limogé par le Conseil des ministres, et non par elle seule. D’ailleurs, une majorité des membres du gouvernement Shinawatara ont aussi été relevés de leur fonction. La destitution de la première ministre suscite une double réaction dans l’opinion du pays. Les partisans de l’opposition jubilent. Ses partisans à elle, les « chemises rouges » crient eux, au « coup d’Etat judiciaire ». Les deux camps prévoient des manifestations les jours à venir. Une ère de transition s’ouvre à la tête du pays qui est sans Parlement depuis quelques mois. De nouvelles élections législatives sont programmées pour le 20 juillet. Le régime thaïlandais étant parlementaire, l’installation de ce nouveau Parlement permettra la désignation d’un Premier ministre.