La Nouvelle Tribune

Mali : un proche du chef d’Ansar dine tué par l’armée française

Espace membre

Haroune Said alias Abou Jemal, un proche de Iyad Ag Ghali, le chef du groupe islamiste Ansar dine qui avait repris le nord Mali aux mains du Mnla, aurait été tué par l’armée française selon des sources militaires.

Selon des sources qui ont porté l’information à la connaissance des médias, ce jihadiste téméraire a été abattu au cours d’une opération menée par l’armée française contre les jihadistes qui se sont retranchés dans la région de Kidal. Paris qui ne veut pas commettre l’erreur d’annoncer une fausse nouvelle a indiqué qu’un individu qui a « bien décidé à mourir les armes à la main » a été neutralisé.

Le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'état-major des armées (Ema) a reconnu aussi qu’ils ont tué un responsable jihadiste dont ils taisent le nom par précaution. « Nous avons tué un de ces adversaires qui sont entrés dans une logique jusqu’au-boutiste, c'est-à-dire qui se battent jusqu’à la mort », a-t-il expliqué. Haroune Said était le lieutenant du chef islamiste malien Iyad Ag Ghali.

Officier de l’armée malienne, commandant de compagnie dans la localité malienne de Diabali il a fait défection pour rejoindre le camp des djihadistes au Nord Mali. Au front depuis les années 90, il est resté fidèle à l’idéologie islamiste et actif malgré une blessure à la gorge qui avait fait penser qu’il raccrocherait. Avant sa mort, il était le week-end dernier dans la localité de Borisa dans le nord-est du Mali, endroit où les militaires français menaient des opérations contre les jihadistes.