La Nouvelle Tribune

40 millions d’euros pour poursuivre les recherches du MH370 de Malaysia Airlines

Espace membre

« Il est très improbable à ce stade que nous trouvions quelques débris de l’avion que ce soit à la surface de l’océan (…) La plupart des composants gorgés d’eau ont dû couler », a déclaré ce lundi 28 avril 2014, au matin, le premier ministre australien lors d’une conférence de presse. 

Tony Abbott, c’est bien de lui qu’il s’agit, fait allusion aux opérations de recherches du Boeing 777 du vol MH 370 de Malaysia Airlines. L’appareil, qui ralliait Kuala Lumpur (Malaisie) à Pékin (Chine) avec à son bord 329 personnes, a disparu le 08 mars dans des conditions mystérieuses.

Des experts ont conclu, sur la base de données satellitaires, qu’il s’est abimé au sud de l’océan indien, loin de son plan de vol initial. Les recherches menées jusque-là en mer et en partie sous la mer n’ont permis de retrouver ni son épave, ni ses boites noires. Au total, huit pays participent aux recherches à leurs propres frais. Ce sont l’Australie (qui coordonne), la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Japon, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Chine.

Le premier ministre Tony Abbott a annoncé que les opérations de recherches seront désormais essentiellement consacrées à l’exploration des fonds marins. A cet effet, une nouvelle zone de recherche a été délimitée. Elle s’étend sur 700 km sur 80, soit 56 000 km 2. Ces recherches sous-marines pourraient mettre six mois et coûteront 40 millions d’euros. Et l’Australie entend « chercher des contributions d’autres pays », a fait savoir son premier ministre.