La Nouvelle Tribune

Soudan du Sud : Arrêt de la procédure criminelle contre quatre partisans de la rébellion accusés de coup d’Etat

Espace membre

Juba lâche du lest, la rébellion gagne. L'ex-ministre de la Sécurité nationale du Soudan du Sud Oyai Deng Ajak, l'ex-secrétaire général du SPLM (parti au pouvoir) Pagan Amum, l'ancien vice-ministre de la Défense Majak D'Agoot et l'ex-ambassadeur à Washington Ezekiel Lol Gatkuoh, tous accusés de tentative de coup d’Etat viennent de recouvrir leur liberté.

Ces quatre proches du chef de fil de la rébellion qui a conquis territoire après territoire le Soudan du Sud, ont été libérés vendredi, à la prière du gouvernement. Le juge présidant l'audience à Juba a ordonné l'arrêt de la procédure criminelle contre les accusés en considération à la demande du ministre sud-soudanais de la Justice, Paulino Wanawilla. Selon le ministre, c’est une démarche qui vise la promotion « du dialogue, de la réconciliation et l'harmonie entre Sud-Soudanais ».

Mais certains observateurs ne voient pas cette libération sous cet angle. Il s’agit d’un geste pour ralentir l’élan des rebelles qui mettent de plus en plus l’armée en difficulté dans deux régions pétrolifères du nord. Certaines sources disent que c’est même une exigence de la rébellion qui montait en force. Les poursuites sont maintenues contre leur chef Machar et d’autres poids lourds du groupe.

La communauté internationale pourrait compter sur les détenus libérés. Aussitôt après leur libération, Pagan Amum l'ex-secrétaire général du Splm (parti au pouvoir), a déclaré à la presse « il est désormais confirmé que nous avons été emprisonnés sans raison. Il faut désormais ramener la paix et la stabilité au Soudan du Sud. Maintenant que nous sommes libres, nous allons consacrer notre temps à travailler pour la paix et discuter tant avec le gouvernement que (...) l'opposition pour mettre fin à cette guerre insensée ». Ce conflit qui a éclaté à Juba mi-décembre a déjà fait des milliers de victimes. Et les nombreuses tentatives pour réconcilier les deux parties sont demeurées infructueuses.