La Nouvelle Tribune

Burundi : un diplomate de l’Onu déclaré « persona non grata »

Espace membre

« Paul Debbie, conseiller de sécurité des Nations unies, déclaré «pesonna non grata ». 48 heures pour quitter le Burundi à compter du 17 avril 2014 ». C’est avec ce ton ferme et intransigeant que le gouvernement burundais a annoncé, jeudi, le renvoi d’un diplomate des nations-unies en mission sur son territoire.

Un nouveau rebondissement dan le bras de fer qui oppose le pouvoir burundais aux nations-unies après la fuite d’un document qui révèle une distribution d’armes aux jeunes du CNDD, le parti du président Nkurunziza. Selon un responsable du bureau des Nations unies basé au Burundi, le diplomate onusien Paul Debbie n'est plus à Bujumbura depuis la publication du rapport dans la presse. « Il est en mission à l'étranger ». La même source indique que « ce n'est pas la présidence mais le ministère des Affaires étrangères qui a demandé, dans un courrier, le départ de Paul Debbie ».

Jeudi, le bureau local de l'Onu s’était interdit tout commentaire sur la décision affirmant vouloir « éviter le bras de fer sur cette polémique. et souhaitant » « réagir à l'ensemble des critiques émises par les autorités, notamment sur les preuves demandées au sujet des armes ». Mais ce matin, l’Onu a officiellement déploré cette décision qui n’arrange rien. Le régime de Pierre Nkurunziza exige toujours des preuves ou des excuses publiques dans ce dossier qui a complètement terni l’image du président et de son en entourage déjà en mal à l’interne avec les mesures répressives contre les partis de l’opposition et les contestations d’étudiants.