La Nouvelle Tribune

Accusé de livrer des armes à ses jeunes partisans : le gouvernement burundais exige des excuses de l’Onu

Espace membre

Le pouvoir burundais défend son honneur après les récentes révélations sur une éventuelle livraison d’armes à des jeunes de sa mouvance. De Bujumbura, le gouvernement a réclamé des excuses officielles du bureau des Nations unies au Burundi qui s’était vainement investit à faire comprendre aux autorités du pays qu’il ne s’agissait que d’un simple câble diplomatique. 

« Une certaine autorité, au nom du bureau des Nations unies au Burundi, a diffusé cette rumeur de mauvais goût. Le gouvernement du Burundi lui demande d’en donner des éléments de preuve, ou à défaut de preuves, le gouvernement l’invite à se rétracter officiellement » a déclaré le vice-président, Prosper Banzombanza. A la suite du vice-président, Dieudonné Ndabarushimana, l’ambassadeur du Burundi à Paris a exprimé la surprise de tout le pays. « Le gouvernement est surpris. Tout le peuple burundais est surpris, car on ne s’attendait pas à ça ! » a-t-il dit. Selon l’ambassadeur de France à Bujumbura, Gerrit Van Rossum, la communauté internationale sera aux côtés du pouvoir dans ses actions pour « mettre un terme à l’intolérance politique, à l’intimidation, quels qu’en soient les auteurs ».