La Nouvelle Tribune

Accusé de livrer des armes à ses jeunes partisans : le gouvernement burundais exige des excuses de l’Onu

A lire

Gambie : un autre pro-Jammeh limogé

France : à la télé, le rappeur Passi balance sur le pillage de l’Afrique et le Franc CFA

se connecter
se connecter

Le pouvoir burundais défend son honneur après les récentes révélations sur une éventuelle livraison d’armes à des jeunes de sa mouvance. De Bujumbura, le gouvernement a réclamé des excuses officielles du bureau des Nations unies au Burundi qui s’était vainement investit à faire comprendre aux autorités du pays qu’il ne s’agissait que d’un simple câble diplomatique. 

« Une certaine autorité, au nom du bureau des Nations unies au Burundi, a diffusé cette rumeur de mauvais goût. Le gouvernement du Burundi lui demande d’en donner des éléments de preuve, ou à défaut de preuves, le gouvernement l’invite à se rétracter officiellement » a déclaré le vice-président, Prosper Banzombanza. A la suite du vice-président, Dieudonné Ndabarushimana, l’ambassadeur du Burundi à Paris a exprimé la surprise de tout le pays. « Le gouvernement est surpris. Tout le peuple burundais est surpris, car on ne s’attendait pas à ça ! » a-t-il dit. Selon l’ambassadeur de France à Bujumbura, Gerrit Van Rossum, la communauté internationale sera aux côtés du pouvoir dans ses actions pour « mettre un terme à l’intolérance politique, à l’intimidation, quels qu’en soient les auteurs ».