La Nouvelle Tribune

Centrafrique : l'ONU accuse les tchadiens de massacre

Espace membre

Après les événements qui ont conduit à la mort de 30 centrafricains et causés près de 300 blessés, l'ONU a officiellement accusé les soldats tchadiens d'avoir tiré sur la foule sans raison apparente. «Dès que le convoi de l’armée nationale tchadienne a atteint la zone de marché du (quartier) PK12, ils auraient ouvert le feu sur la population sans qu’il y ait eu de provocation» a déclaré un porte-parole de l'ONU.

Après l'annonce de retrait de ses troupes de la Centrafrique, Idriss Déby voulait se faire passer pour la victime qui subissait la foudre de la population centrafricaine malgré l'aide apportée au pays. Mais il se peut que cette douce version ne soit pas tout à fait juste. Les derniers évènements du week-end dernier risquent de compliquer la position des soldats tchadiens.  «Alors que les gens fuyaient dans la panique dans toutes les directions, les soldats ont continué à tirer de façon indiscriminée (...) Pourquoi ont-ils commencé à tirer ? Ce n’est pas clair» s'est fendu le porte-parole dans son communiqué. Le massacre des civils sans défenses s'est produit sur un marché bondé. Les 850 hommes de l'armée tchadiennes vont donc se retirer après avoir été longtemps accusés de soutenir les rebelles de la Séléka, pour la plupart musulmans comme eux.