La Nouvelle Tribune

Côte d'Ivoire : le patronat dénonce une très forte pression fiscale

Espace membre

La charge fiscale qui pèse sur les entreprises en Côte d’Ivoire est énorme. Jean Kacou Diagou, le Président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) a dénoncé la très forte pression fiscale à laquelle les chefs d’entreprises sont soumis dans le pays.

Le chef du patronat ivoirien s’est adressé aux médias de son pays qui l’ont invité sur un plateau de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (UNJCI) sur le thème « la place du secteur privé ivoirien dans la réalisation des grands projets d'infrastructures du PND (plan national de développement 2012-2015) ». Selon lui la pression fiscale de plus en plus forte fait fuir des investisseurs étrangers qui s’implantent dans les pays voisins de la Côte d’Ivoire dont le Ghana où les charges fiscales sont moindres. En Côte d’Ivoire, le gouvernement est dans une course contre la montre pour réaliser les promesses faites pendant les campagnes. Une pression qui l’amène à forcer la main aux investisseurs. Les investisseurs se sentent étouffés par le fisc ivoirien.

Certains ont même dit qu’avec les pressions ils sont ralentis dans leur élan de création d’emplois et de richesse pour le pays. Depuis que la loi fiscale de l'année 2014 stipulant une augmentation des taxes sur certains services et produits notamment sur les télécommunications et sur l'alcool, le débat sur la fiscalité est d’actualité en au pays des éléphants d’Afrique.

Au cours de son intervention, M. Diagou a exhorté le gouvernement a cessé avec la pression fiscale. Pour lui ce n’est pas en se précipitant que les recettes vont s’améliorer. Le mieux selon lui, est d’abaisser les taxes pour attirer les investisseurs qui vont créer de l'emploi et générer plus de profits pour le pays. Car estime-t-il, « Plus on aura des entreprises, plus on aura des emplois et plus on aura des impôts pour l'Etat ».