La Nouvelle Tribune

Djibouti : grève de la faim des opposants politiques détenus

Espace membre

Refuser de s’alimenter. C’est le seul moyen qui reste aux opposants politiques emprisonnés à Djibouti. Maître Abdillali Zakaria, Président de la Ligue djiboutienne des droits de l'homme a fait ce constat lors d’une visite qu’il a rendue aux prisonniers politiques samedi.

Les prisonniers politiques ont atteint 35 après l’arrestation, dans la capitale, de 14 nouveaux opposants membres de l’Union pour le salut national (Usn). Le procureur de la République avait pu obtenir une amélioration de condition de détention de 08 des 35 prisonniers, après avoir fait appel. Mais cela n’a pas suffit à calmer les esprits. Ils ont unanimement décidé d’observer une grève de la faim pour obtenir la libération des 08 relaxés encore sous les verrous. De retour de sa visite, Me Abdillali Zakaria apprend que les détenus politiques djiboutiens se sont résolus à commencer une grève illimitée de la faim.