La Nouvelle Tribune

Fraude fiscale dans le milieu du football : Uli Hoeness, patron du Bayern Munich risque 10 ans de prison

Espace membre

De la gloire à la décadence, un pas. Le procès du tout-puissant patron du Bayern Munich Uli Hoeness s’est ouvert  ce lundi en Allemagne. Devant le tribunal, le désormais ancien président du club qui règne actuellement sur le foot européen, a reconnu les faits qui lui sont reprochés. "J'ai fait de l'évasion fiscale" a-t-il admis.

Il est accusé  d’occasionner une perte de 3,5 millions au fisc allemand en lui cachant l’existence d'un compte en Suisse où se trouve 33,5 millions d'euros de gain non déclarés entre 2003 et 2009.

Président le plus titré du Bayern, Uli Hoeness sentait  sa décadence venir et s’était même dénoncé à travers une procédure d’auto-dénonciation qu’il a entamée en janvier 2013.

Sa procédure d’auto-dénonciation a été  jugée invalide par le parquet de Munich. Selon le ministère public, le tout-puissant président s’est dénoncé parce qu’il craignait d’être supplanté par la presse qui avait commencé à  divulguer des informations accablantes au sujet d’un compte en Suisse d'un "important responsable du football allemand", sans l'identifier à l'époque. Aussi, la procédure a été invalidée pour cause de vices de forme.

«Je regrette profondément mon comportement délictueux » a déclaré l’accusé au tribunal. Le procès doit durer 04 jours. Au cas où le tribunal reconnaîtrait la validité de son auto-dénonciation, M. Uli Hoeness s'en tirera avec une amende. Dans le cas contraire, le patron du Bayern risque  jusqu'à 10 ans de prison. La perte qu’il a occasionnée au fisc allemand dépasse le million d'euros. Et dans ce genre de cas, les tribunaux allemands prononcent des peines de prison ferme.

Puisque le juge qui présidera son procès a une réputation de magistrat impitoyable, l’ancien chef du Bayern Munich a de fortes chances d’être écroué.