La Nouvelle Tribune

En visite en Centrafrique, Le Drian note un signe d’amélioration de la situation

A lire

USA : un fils de Mohammed Ali victime du décret Trump?

Afrique du sud: les victimes d’hier, agresseurs d’aujourd’hui

se connecter
se connecter

Le ministre français de la défense séjourne depuis ce mercredi matin en terre centrafricaine. Jean-Yves Le Drian, contrairement à ses deux premières visites, depuis le démarrage de l’opération Sangaris, avait un agenda véritablement chargé.

Il a surtout noté un signe d’amélioration de la situation à Bangui. «C’est la troisième fois que je viens à Bangui depuis le début de l’intervention Sangaris, mais c’est la première fois que le général Soriano me laisse sortir de Mpoko», a laissé entendre Jean-Yves Le Drian, après l’inauguration d’un centre d’accueil de nuit pour déplacés, au quartier de Benz-Vi, dans le 5e arrondissement de Bangui. Le ministre français, à travers ses propos, note un signe de l’amélioration de la situation à Bangui. Il a été ensuite reçu par la présidente Catherine Samba-Panza. Après un entretien en tête à tête, au palais de la Renaissance, les deux se sont envolés à bord d’un hélicoptère pour Mbaiki, ville situé à 85 Km de Bangui. Sur place, Catherine Samba-Panza, s’adressant aux populations a évoqué la nécessité du désarmement des milices. « Si au début quelques patriotes ont pris les armes face aux ex-Seleka, nous assistons à présent à une prolifération de bandits de grand chemin. Cela n’est pas acceptable », a-t-elle martelé avant d’annoncer sa volonté d’aller en guerre contre les milices anti-balaka, auteurs des violences contre la communauté musulmane, en Centrafrique.