La Nouvelle Tribune

Pédophilie au sein de l’Eglise Catholique: l’Onu souhaite une réforme du droit canon

Espace membre

Sur la question de pratiques pédophiles au sein de l’Eglise catholique, dont au Vatican, un rapport des Nations Unies vient de conclure à une violation de la Convention de 1989 sur les droits de l’enfant.

Il s’agit du rapport pas très complaisant du Comité des Nations Unies sur les droits de l’enfant (Crc) rendu publique ce mercredi 05 février. Dans le document d’un volume de seize pages, le Crc se dit « gravement préoccupé » par le fait que le Saint-Siège n’ai pas « reconnu l’étendue des crimes commis, pris les mesures nécessaires pour faire face à ces affaires de pédophilie et pour protéger les enfants ». Il est reproché au Vatican d‘avoir « adopté des politiques qui ont entrainé la poursuite de ces abus et l’impunité pour leurs auteurs. » Selon Kristen Sandberg, présidente du Crc, « il y a eu violation de la Convention jusqu’à maintenant parce qu’ils (autorités du Vatican, Ndlr) n’ont pas fait tout ce qu’ils auraient dû ». C’est d’ailleurs pourquoi, le Crc fait dans son rapport quelques recommandations. Ce sont entre autres le « renvoi immédiat » de tous les ecclésiastiques cités dans des actes de pédophilie, leur déferrement, la publication des archives du Saint-Siège sur les affaires de pédophilie afin que ceux qui ont caché leurs crimes rendent compte et une réforme du droit canon. Cette réforme devrait permettre, précise le rapport, d’assurer une meilleure protection des enfants, grâce à des « règles, des mécanismes et des procédures clairs ».

Ingérence

La réaction du Vatican ne s’est pas faite attendre. Prenant acte des observations finales, le Vatican a pris l’engagement de les examiner « avec attention ». Cependant, le Saint-Siège voit dans certains aspects du rapport « une tentative d’ingérence dans l’enseignement de l’Eglise sur la dignité de la personne et l’exercice de la liberté religieuse »