La Nouvelle Tribune

Burundi : le controversé projet de révision de la Constitution en étude au parlement

Espace membre

Le parlement burundais se penche ce lundi sur le très contesté projet de révision de la Constitution initié à la dérobée par le président Pierre Nkurunziza et son gouvernement. Ce projet atterri sur la table des députés, après près de trois mois de controverse et de tension autours de ses nouvelles dispositions. 

On peut déjà noter que rien n’est gagné d’avance pour le chef de l’Etat burundais, malgré la majorité écrasante dont il dispose à l’Assemblée Nationale. Pierre Nkurunziza dispose pour son soutien de 81 sièges sur les 106 que compte la chambre basse du parlement burundais. Or il faut, selon les dispositions constitutionnelles, une majorité des trois quarts pour pouvoir adopter les nouveaux amendements inscrit dans le projet.

Burundi : l’Eglise catholique met en garde contre une révision opportuniste de la Constitution

Mais un petit calcul permet de constater qu’il manque quatre voix au parti CNDD-FDD, au pouvoir, pour faire passer son projet de révision de la Constitution. Mieux, aucun des autres groupes siégeant au parlement n’est prêt à apporter son soutien à ce projet initié par le gouvernement. Ils l’ont d’ailleurs fait savoir, en claquant tout récemment la porte de la commission des affaires politiques, chargée d’étudier ce projet de révision.

Dans son projet de réforme constitutionnelle, massivement contesté, l’exécutif burundais a l’intention de modifier les dispositions de l’actuelle constitution qui limitent à deux mandats consécutifs l’exercice de la fonction présidentielle. Aussi, le nouveau texte vise l’abrogation du principe de contrôle des équilibres ethniques du sénat qui doit approuver toutes les nominations aux hautes fonctions au Burundi. Une disposition dont l’abrogation risque d’exclure du jeu politique la minorité tutsie.