La Nouvelle Tribune

7 pays africains francophones renforcent leurs capacités en patrimoine documentaire

Espace membre

Un atelier régional de renforcement des capacités des pays africains francophones dans le domaine du patrimoine documentaire, s’ouvre depuis hier à l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) et ce pour trois jours. C’est dans le cadre du Programme Mémoire du Monde. Au total, neuf participants venus de sept pays, dont le Sénégal, le Mali, Sao Tomé et Principé, le Gabon, le Niger, Djibouti et la Côte-d’Ivoire, suivent cet atelier régional.

Dans son message de bienvenue, Baba Kéita, Directeur de l’EPA, rendra, d’entrée, un hommage mérité à Nelson Mandéla, mémoire africaine et universelle. Selon ses propos, au regard du devoir de mémoire qui leur incombe, des multiples menaces de destruction pèsent constamment sur le patrimoine et la diversité culturel de notre continent. Il n’a pas manqué de saluer l’UNESCO pour la mise en place de ce Programme Mémoire du monde, en réponse aux problèmes de conservation qui affectent lourdement le patrimoine documentaire si fragile. «La présence du dossier des manuscrits anciens de Tombouctou, durement éprouvés par les récents évènements du Nord-Mali, représente à elle seule un témoignage éloquent de l’intérêt de cette rencontre», a affirmé Baba Kéita. Il sera appuyé dans ses propos par Joie Springer, spécialiste du Programme Mémoire du Monde à l’Unesco qui a rappelé les objectifs de ce programme. Selon elle, cet atelier fait partie d’une série qui a été organisée dans différents endroits du monde entier, afin de familiariser les spécialistes avec les objectifs de Mémoire du Monde, et de sensibiliser sur l’importance du patrimoine documentaire. «De cette façon, nous pourrons assurer sa sauvegarde et son accessibilité à long terme, comme la base du développement durable», a-t-elle déclaré. Selon ses propos, depuis sa création il y a 20 ans, Mémoire du Monde est devenu le Programme-phare de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine documentaire. Pour terminer, elle a exhorté les participants à suivre attentivement cet atelier régional, pour mieux outiller leur capacité. Représentant le Maire de Porto-Novo, la Première Adjointe Colette Houéto a rappelé l’importance que revêt cet atelier, pour ces professionnels. Elle a prodigué de sages conseils aux participants, afin que ce programme soit mieux exécuté dans les différents pays dont proviennent les participants à cet atelier. Ouvrant les travaux, le Directeur de Cabinet du ministère de l’Enseignement Maternel et Primaire a félicité l’EPA qui s’est battu afin que cet atelier soit organisé au Bénin, ce qui permettra d’avoir une certaine visibilité. Il dira qu’au terme de cet atelier, que le Bénin puisse s’inscrire dans la logique de faire le point de ses archives que, des trésors qui sont un peu banalisés. «Que les deux jours de travaux, puisse sortir la lumière, des éclairages suffisants, pour nous autres Béninois, afin qu’on soit convaincu de la chose…» A-t-il déclaré. Enfin, il a suggéré aux participants de faire un tour au niveau des Archives Nationales du Bénin avant de terminer leurs travaux.