La Nouvelle Tribune

Hommage à Mandela : Obama crée l’évènement dans l’Evènement (lire son discours)

Espace membre

Mardi 10 décembre 2013. Journée inoubliable pour l’Afrique du Sud, l’Afrique et le monde entier. Journée Internationale des Droits de l’Homme, elle a pourtant été beaucoup plus marquée par la cérémonie officielle d’hommage planétaire à Nelson Mandela, l’icône de la lutte anti-apartheid, passé de vie à trépas dans la nuit du jeudi 05 décembre 2013. Il faut mourir Nelson Mandela pour drainer toutes ses sommités planétaires au stade Soccer City de Soweto. Les images parlent d’elle-même.

Parmi la multitude de chef d’Etats et de gouvernements au rendez-vous, un seul était particulièrement attendu, Barack Obama. Tout comme Mandela, Barack Obama, premier président Noir des Etats-Unis est le symbole de l’émancipation politique des Noirs. Même si Mandela symbolise beaucoup plus la lutte et Obama la matérialisation des retombées de cette lutte. Obama était simplement face à un autre rendez-vous avec l’histoire. Et par la profondeur de son discours d’hommage, on pourrait dire qu’Obama a répondu présent à l’appel de l’histoire. Au-delà même de ce discours, l’image de la poignée de main-à l’initiative d’Obama- entre lui et le président cubain Raoul Castro a créé la surprise dans l’événement. Il n’en fallait pas plus pour le locataire de la Maison Blanche de ravisse la vedette aux autres personnalités politiques présentes.

« Il m’a rendu meilleur »

Pour Barack Obama, Nelson Mandela est l’un des plus « Grands Libérateurs », sinon le « dernier Grand Libérateur » du 20è siècle. « Un géant de la justice » qui a « donné une voix à ceux qui étaient opprimés » en sachant « libérer les opprimés mais aussi les oppresseurs ». C’est là tout l’aspect réconciliateur de la personnalité de Madiba. Cette « réconciliation, ‘’Ubuntu’’ n’est pas l’ignorance d’un passé, mais sa compréhension », a précisé Obama. « Il (Mandela, Ndlr) nous a montré qu’on pouvait fonder un monde sur l’espoir et la justice, a-t-il déclaré. Nous ne verrons plus cette lumière qui émanait de Nelson Mandela. »  Obama a aussi rappelé que comme l’Afrique du Sud, les Usa ont connu des siècles d’esclavage racial. Et  « nous avons avancé mais nous n’avons pas fini.» Sans ambages, le premier président Noir des Etats-Unis, Prix Noble de la Paix, comme l’a été Mandela avant lui, a martelé que trop de leaders sont solidaires avec Madiba, mais ne tolère pas ses idées. Et pourtant, la lutte pour la justice et la paix doit continuer. Car, « dans le monde entier » il y a encore «  des hommes et des femmes en prison pour leurs convictions politiques. »

A l’instar de tous les grands, Madiba doit inspirer, surtout la jeunesse : « Je veux dire à tous les jeunes d’Afrique et du monde entier : vous aussi, vous pouvez vous  inspirer de sa vie pour construire la vôtre. Moi aussi, j’ai appris de Nelson Mandela(…) Il m’a rendu meilleur ». Lisez ci-dessous, l’intégralité de la version anglaise du discours du président Barack Obama.

Le discours en entier (anglais) 

Pour lire en pleine page cliquez sur l'icône en bas à droite du discours