La Nouvelle Tribune

Economie, enfant unique, droits de l’homme…la Chine à l’heure des réformes

Espace membre

« Une décision sur les grandes questions concernant les réformes globales et de grande envergure ». Tel est le titre officiel du document de réformes adopté par les dirigeants du Parti Communiste Chinois (Pcc) lors de la troisième session plénière du dix-huitième Comité central du parti.

Débutée le 08 novembre, cette session s’est achevée le mardi 12 novembre dernier à Pékin. Publié ce vendredi par le Comité central du Pcc, ce document qui contient les grandes résolutions de réformes est relayé par l’Agence Chine Nouvelle sur son site web. L’objectif de cet ambitieux plan de réforme en Chine depuis deux décennies est de réduire le poids de l’Etat dans l’économie et faire plus de place à l’entreprise privée. Ainsi, sur le plan économique, ces réformes prévoient, entre autres, la mise à contribution des grandes entreprises de l’Etat -30% de leur bénéfices dès 2020- à la sécurité sociale, la participation du secteur privé aux projets financés par l’Etat avec une plus grande place accordée aux banques privées.

Assouplissement de la politique de l’enfant unique

Les défenseurs des droits de l’homme ont sans doute applaudi en apprenant les projets de réformes issues du troisième plenum du Pcc. En effet, en plus de l’économie, certaines réformes touchent à des questions de société. Par exemple, Les barons du Pcc ont décidé de mettre fin aux camps de rééducation par le travail mis en place en 1957 sous Mao Tsé-toung pour punir les délits mineurs. Cette politique de rééducation par le travail a toujours été décriée par les défenseurs des droits de l’homme. L’Une des réformes qui ne va pas passer inaperçue est l’assouplissement de la politique de l’enfant unique. Pour contrer la démographie très galopante du pays, les autorités chinoises avaient pris une loi de contrôle des naissances. Cette loi n’autorise les couples à n’avoir qu’un seul enfant. Désormais, une exception a été introduite pour les couples dont l’un des membres est enfant unique. Sur un autre registre, la réduction du personnel non militaire au sein de l’Armée populaire de libération (Apl) est envisagée. Avec ce panier de réformes, Xi Jinping, arrivé au pouvoir en Chine le 14 mars 2013, prend sans doute ses marques pour être l’homme de la nouvelle ère chinoise.