La Nouvelle Tribune

Guinée équatoriale : Teodoro Obiang Nguema s'en prend à son tour à la CPI

Espace membre

Au fil des jours la liste des présidents africains "anti cpi" s'agrandit. Après les diatribes du premier ministre éthipien, des présidents guinéen et rwandais, c'est au tour du président équato-guinéen de s'en prendre à son tour à la cour pénale internationale (CPI). Mais là où le président Alpha Condé et le président Paul Kagamé critiquaient simplement la CPI, Téodoro Obiang demande aux pays membres de se retirer pûrement et simplement de la CPI.

Il a fait cette déclaration face à des journalistes venus de plusieurs pays africains complètement pris à charge d'après des sources locales par la présidence de la Guinée équatoriale.

« L’Afrique doit sortir de la CPI, tous les Etats africains membres de cette Cour, doivent voir avec l’Union africaine comment en sortir. (...) Je le crie haut et fort que les Etats africains membres se retirent de la Cour pénale internationale (CPI) qui ne juge que les Africains. (...) »

Il a ensuite rappelé à ses "auditeurs" que la Guinée équatoriale n'était pas membre de la Cour pénale internationale, et qu'il n'avait jamais été d'accord avec les pratiques de la CPI. Pour finir le président Obiang a également évoqué le drame de l'immigration clandestine à Lampedusa, sur les côtes italiennes.  Pour lui cette situation était déplorable et que la recherche d'une vie meilleure, argument utilisé par les clandestins, n'est plus valable puisque l'Europe est en crise. « J’appelle donc les dirigeants africains à prendre les mesures pour que les jeunes diplômés et autres soient occupés, qu’ils aient du travail pour rester dans leur pays afin d’éviter ce genre de drame » a t-il affirmé selon l'agence de presse africaine APA.