La Nouvelle Tribune

Décision de transfert dans une prison britannique : Charles Taylor craint pour sa vie

Espace membre

Condamné à 50 ans de prison, Lancien dirigeant du Liberia, Charles Taylor a été transféré mardi de sa prison de la Haye en grande Bretagne pour y purger la peine à lui infligée pour crime contre l'humanité durant la guerre civile en Sierra Leone. Cette décision de transfert dans une prison britannique prise par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (Tssl) n'est pas du goût de Charles Taylor.

Il préfère purger sa peine au Rwanda plutôt qu'en Grande Bretagne. Pour cause, il estime qu'il n'y sera pas en sécurité. L'ex-président libérien craint d'être victime d'attaques d'autres détenus. Aussi a-t-il dit, en Grande Bretagne, il est très éloigné de sa famille et que venir lui rendre visite leur reviendra excessivement cher. Un isolement qui pourrait être fatal pour l'homme âgé de 65 ans. Ses avocats dénoncent la décision du Tssl. Pour eux leur client serait encore plus isolé de sa famille, de ses amis et de ses structures de soutien que s'il avait purgé sa peine de prison au Rwanda. 

Ses cris de détresse semblent trouver avis favorable après des autorités rwandaises. Ils ont affirmé être prêts à se prononcer sur la question, dès qu'une demande officielle leur sera adressée à cet effet. Les démarches apparemment ont déjà été entamées.  Le ministère rwandais de la Justice a affirmé que des responsables du Tribunal spécial pour la Sierra Leone se renseignent auprès des responsables rwandais pour s'enquérir du processus de demande officielle d'accueil du détenu au Rwanda. Visiblement l'ex-dirigeant jugé pour des milliers de morts dans la guerre civile qu'a connue son pays a de fortes chances d'avoir ses désirs assouvis.