La Nouvelle Tribune

France : Philippe Marini, ce sénateur UMP qui regrette la mort de Khadafi

Espace membre

Aussi drôle que cela puisse paraître, un sénateur UMP (du parti de l'ancien président Nicolas Sarkozy) dit regretter la mort du guide lybien Mouammar Khadafi. Si cet élu français est épris de remord, ce n'est pas tant pour Khadafi lui-même, qui a subit, osons le dire un sort autrement tragique, encore moins pour la Libye, en total déconfiture après la guerre, mais plutôt pour la France, pour l'apport du guide en matière de lutte contre l'immigration clandestine. 

Les drames de Lampedusa, fortement médiatisés ces dernières semaines ont rappelé à certains hommes politiques européens le rôle que pouvait jouer Khadafi dans la lutte contre l'immigration clandestine. Cette lutte se traduisait d'abord par la sécurisation de la frontière libyenne, mais aussi par la lutte acharnée que menait l'ancien dirigeant lybien contre les réseaux de passeurs. Mais si certains ont rappelé que ce dernier n'hésitait pas à menacer l'europe en cas de tensions avec son pays, il n'en demeure pas moins que depuis sa disparition, les frontières libyennes sont devenues poreuses, très poreuses même. 

Philippe Marini a manifesté son regret sur le réseau social twitter à travers un message posté samedi matin. Dans les heures qui ont suivi plusieurs voix notamment à gauche se sont élevées pour dénoncer ces propos; faisant remarquer que la compassion du sénateur n'allait pas pour les immigrés morts au cours de leur prériple, mais plutôt pour les français qui pouvaient être "envahis" par cette nouvelle vague d'immigration. Ces drames qui n'ont pas manqué de soulever d'autres polémiques, notamment concernant la nationalité accordée aux clandestins décédés. Certains critiquant une offre faite à des personnes qui ne peuvent en bénéficier, pendant que, les survivants eux, croupissent dans des cellules d'isolement.