La Nouvelle Tribune

Boulimie Guerrière de François Hollande : l'appétit vient en mangeant

Espace membre

S'il n'y avait de crise malienne, il aurait fallu la créer. La joie perdue devant ses compatriotes qui de plus en plus se détourne de sa politique, Le président français, François Hollande l'a retrouvée ce jeudi à Bamako. « Nous avons gagné cette guerre (...) Nous sommes à son aboutissement, car c'est une victoire, une grande victoire pour le Mali que nous fêtons aujourd'hui, et la France est fière d'avoir contribué à cette victoire ». 

Hollande s'extasie "hors de la France". Merveilleux ! Car les couacs de plus en plus nombreux, du président français sont de nature à lui donner de l'insomnie et la cérémonie officielle d'investiture d'Ibk était la bienvenue pour changer son humeur. 

La croissance économique, l'amélioration des conditions de vie promises aux Français tardent à venir. Hollande pourrait-on le dire ne trouve plus d'autres échappatoires, que de vanter une politique étrangère dominée par des interventions guerrières. Moscou en est sûrement conscient et ne veut pas risquer de voir la région dont il est le maître déstabilisée, pour offrir des marchés de guerre à Hollande et son patron américain. Au Mali, bien qu'étant nécessaire, c'était plus qu'une question de solidarité et de charité. Le Mali se situe au carrefour de pays comme le Niger (uranium),  la Mauritanie, la Côte d'Ivoire (cacao), le Burkina (compaoré), la Guinée (minerais) et le Sénégal (démocratie) où des entreprises françaises ont de gros intérêts. Encore que cette crise n'est que le corolaire de la situation engendrée par la France en Lybie.  Avec Damas si cela aboutissait, ce n'est plus un secret, la "sympathie" d'Hollande atteindrait son paroxysme. Mais en attendant, l'Afrique, des Présidents et des chefs rebelles, offre de bons offices. Après le Mali, même s'il affirme vouloir jouer les seconds rôles, c'est en Centrafrique que Hollande pourrait envoyer ses troupe. «La Centrafrique est au bord de la Somalisation » disait-il. Saint François regarderait-il les choses pourrir? Wait and see.