La Nouvelle Tribune

Syrie : pour Barack Obama, priorité au dialogue sans se désarmer

Espace membre

Le mardi 8 septembre dernier, le Président américain a demandé à ses compatriotes de ne pas détourner le regard de ce qui ce passe en Syrie et a rappelé le danger que représente l’usage d’armes chimiques pour la sécurité dans le monde. Il s'est cependant dit prêt à donner une chance aux débats et a accepté de considérer la proposition russe de saisir les armes chimiques syrienne.

Le président américain Barack Obama a décidé de Laisser une chance à la diplomatie. Dans la nuit du mardi, Obama a dit être prêt à reporter ses frappes pour laisser place au dialogue en Syrie et a convenu avec son homologue français François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron d'examiner la proposition russe, qui consiste à placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international. Néanmoins, il reste toujours sur ses gardes et invite ses partisans à faire de même. Après avoir renoncé à requérir le vote du congrès en raison du risque énorme d'obtenir un non retentissant, Barack Obama, a mobilisé ses troupes et leur a demandé de rester en état d’alerte pour toutez interventions en Syrie. Mais il a laissé entendre qu'il se réserve le droit d'utiliser l'action militaire de manière beaucoup plus limitée qu'en Libye. Par ailleurs il a précisé qu’il n’y aura pas de troupes au sol si les promesses syriennes et russes s'avèrent creuses.