La Nouvelle Tribune

L'armée égyptienne s'exhibe et décapite les frères musulmans

Espace membre

La nuit sera encore  longue pour la confrérie des frères musulmans. Les militaires revenus au pourvoir après avoir déposé leur leader Mohamed Morsi, ne sont pas prêts de retourner dans les casernes. De leurs bottes, ils continuent de mater les manifestants pro-Morsi qui, malgré les milliers de morts dénombrés dans leur rang ne veulent pas démordre. Un entêtement qu'ils doivent encore payer cher.

Déjà ce mardi, ils ont  goûté au vinaigre avec la condamnation à la prison de  52 chefs de file de la confrérie des barbues par le tribunal militaire. Il est à noter que 2.000 membres de la confrérie ont été coffrés avant ces nouvelles arrestations. Le Guide suprême de la confrérie Mohamed Badie et de nombreux autres leaders, accusés d'"incitation au meurtre" de manifestants, sont détenus par les militaires dans un endroit tenu secret. Etant lui aussi poursuivit par le même tribunal et pour la même raison, Mohamed Morsi, n'échappera pas à la justice militaire qui étale ses forces au grand jour. Les 52 membres actuellement jugés ont écopé des peines allant de cinq, dix, quinze ans à la réclusion à perpétuité. En amont de ces condamnations, des accusations de participation à l'agression de soldats égyptiens dans le canal de Suez. Des militaires qui aux dernières nouvelles se sont encore illustrés en tuant dans un raid : 15 jihadistes tués dans le nord-est du Sinaï, dans des villages non loin de la ville de Sheikh Zuweid et à quelques mètres de la frontière avec Gaza. Conjointement, l'armée s'investit dans la destruction des tunnels de contrebande reliant l'Egypte à Gaza. Des opérations de charmes pour prouver à la population que seule l'armée peut les mettre à l'abri de tout danger. Une politique aussi d'exhibition et dissuasion des manifestants au grand malheur de la confrérie des barbues qui est en train d'être décimée.