La Nouvelle Tribune

Déclaration de la configuration république centrafricaine de la commission de consolidation de la paix des nations unies

Espace membre

La configuration a entendu un briefing détaillé de Mme Margaret Vogt, Représentante Spéciale du Secrétaire-général et Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en République centrafricaine (BINUCA).

Les membres de la configuration expriment leur profonde préoccupation face à la détérioration de la situation en République Centrafricaine, comme en témoignent l’absence de sécurité publique, les violations et atteintes aux droits de l’homme, l’augmentation des cas de violence sexuelle, le recrutement d’enfants soldats et les conditions humanitaires précaires. Ils soulignent le risque de voir l’instabilité en République centrafricaine se propager dans le reste de la sous-région. Dans ce contexte, ils saluent les efforts déployés par les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), avec le soutien de l’Union Africaine, dans l’élaboration d’un cadre politique et d’une feuille de route pour résoudre la crise politique en République Centrafricaine, lors de l’adoption des communiqués à l’issue des sommets de Libreville, N’Djamena et Brazzaville.

La configuration souligne la nécessité que le processus de transition soit inclusif, notamment au sein du Conseil National de Transition et de son Bureau, suivant les divers accords conclus sous les auspices de la CEEAC. La configuration souligne également que la restauration de l’État de droit et le rétablissement de l’ordre constitutionnel, sont les priorités immédiates qui conditionnent le progrès dans le processus de transition ainsi que de reprise de l’assistance pour améliorer les conditions humanitaires et socio-économiques de la République Centrafricaine. En particulier, la configuration lance un appel à la communauté internationale afin d’appuyer la transition et de fournir une aide d’urgence en vue de rétablir la sûreté et la sécurité des populations, et permettre la reprise de la vie économique et sociale.

La configuration lance un appel à la communauté internationale afin de fournir un appui technique et financier pour aider les autorités de transition à préciser et mettre en œuvre la feuille de route pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel en RCA. La configuration suggère également la possibilité de mener une mission d’évaluation conjointe des besoins de la part des Nations Unies, de l’Union Européenne et de la Banque Mondiale, et ce dès que la situation sécuritaire dans le pays le permettra.

Les membres de la configuration sont conscients de la nécessité pour la Commission de Consolidation de la Paix de jouer un rôle important dans l’accompagnement politique et de mobilisation du soutien international aux efforts de consolidation de la paix post-conflit en République Centrafricaine. Ils reconnaissent l’urgence d’élire un nouveau président de la configuration dès que possible.

Les membres de la formation expriment leur reconnaissance et leur soutien aux Nations Unies, y compris à la Représentante Spéciale du Secrétaire-Général et son équipe pour les efforts déployés pour soutenir le processus de paix au cours de cette période difficile en République Centrafricaine.