La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire : La Constitution Ouattara a du plomb dans l’aile

Espace membre

La Côte d’Ivoire passe à une  nouvelle république avec la nouvelle Constitution plébiscitée à 93,42% de « Oui » au référendum du dimanche 30 octobre selon les résultats officiels. La Constitution voulue et portée par le Président Alassane Ouattara devient ainsi la nouvelle bible du pays d’Houphouët Boigny.

Malgré son adoption par référendum à 93,42%, la nouvelle Constitution n’est pas exempte de craintes pour l’avenir du pays. Les Ivoiriens n’ont véritablement pas manifesté leur adhésion à cette Constitution. Sur 6.313.758 électeurs attendus, plus de la moitié ont boycotté les urnes. Seulement 42,42% des électeurs ont participé à ce référendum qui n’a pas requis l’adhésion des principaux partis d’opposition. Cette grande abstention populaire constitue en effet un plomb dans l’aile de la nouvelle Constitution qui serait taillée à la dimension des ambitions personnelles du Président Ouattara selon l’opposition. La Constitution de 2000 que vient remplacer la nouvelle proposée par le régime en place avait été adoptée par 56%  des Ivoiriens. Malgré ce taux d’adhésion au dessus de la moyenne, c’est la Constitution de 2000 qui par ses dispositions en son article 35 a été à l’origine des contradictions ayant conduit à la meurtrière crise post-électorale de 2010. S’il en a été ainsi pour celle-ci, on est en droit de s’inquiéter pour l’avenir de la Nouvelle Constitution que Ouattara a fait adopter en remplacement de la précédente qui aurait été rédigée contre lui. L’opposition toujours contre, sera-t-elle prête à  animer la vie socio-politique de Côte d’Ivoire suivant les dispositions de la nouvelle Constitution ? Dans la réponse à cette question réside le sort de la nouvelle Loi fondamentale ivoirienne.