La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire : blocage dans le procès de Simone Gbagbo pour crime contre l’humanité

Espace membre

Le procès pour crime contre l’humanité de l’ex-première dame ivoirienne Simone Gbagbo est suspendu. En conformité avec la décision et le conseil de ses avocats, elle a refusé mardi de comparaître aux assises à Abidjan.

Un refus confirmé par le procureur général Aly Yéo rapportant que Simone Gbagbo a dit aux agents de sécurités envoyés la chercher qu’elle n’est pas en mesure de se présenter en conformité à la décision de ses avocats. Prenant acte de ce refus, le juge a décidé du report du procès au 3 novembre prochain. Mais la situation ne risque pas de changer. La défense de Simone Gbagbo exige la comparution de certains témoins importants qui occupent actuellement de hautes fonctions dans le pays. Il s’agit notamment de l’actuel Président de l’Assemblée nationale et ancien chef rebelle, Guillaume Soro, de l’ancien premier ministre Jeannot Kouadio Ahoussou, du directeur général de la police Brindou M’Ba, du Général Philippe Mangou et biens d’autres. Arguant que toute personne citée à comparaître peut s’abstenir de le faire, le procureur signale que la défense devra admettre la poursuite du procès sans ces témoins de grande facture. Actuellement jugée pour son implication présumée dans le massacre du marché d’Abobo pendant la crise post-électorale de 2010-2011, l’ex-première Dame également réclamée par la Cpi, purge déjà une peine de 20 ans d’emprisonnement pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ».