La Nouvelle Tribune

Pour avoir fait allégeance à Kabila : un chef de guerre triomphalement accueilli

Espace membre

Evadé de prison en 2011 après une condamnation à mort en 2009, Gédéon Kyungu Mutanga, un chef de guerre congolais a fait un retour triomphal à Lubumbashi cette semaine. Avec une centaine de combattants, Gédéon a été accueilli par les autorités locales de Lubumbashi qui lui ont réservé un accueil festif.

Ceci en échange d’une allégeance publique au Président Kabila. Au moment de son retour, l’homme portait un pull orné d’une photo de Joseph Kabila avec le slogan « Shikata » qui signifie « demeurez longtemps » en allusion aux tentatives de prolongation du règne du Président dont le deuxième et dernier mandat constitutionnel arrive à terme le 19 décembre 2016. Gédéon le chef de guerre à qui les autorités locales dressent des lauriers a combattu l’armée congolaise de 2002 à 2006 et commis de nombreuses barbaries dans une zone de la région du centre  du Katanga appelée « triangle de la mort ». L’organisation Human rights watch (Hrw) qui dénonce un acte de promotion de l’impunité parle de plusieurs centaines de personnes tuées et environ 150.000 autres déplacées dans la zone qui était sous le contrôle de Gédéon. Cette reddition n’est pas la première de ce chef de guerre qui s’était déjà rendu en 2006 avec quelques 150 combattants, essentiellement des enfants soldats.  Selon Hrw, « les raisons qui ont amené la dernière reddition de Gédéon ne sont pas claires, mais elle intervient dans un contexte de tensions politiques accrues concernant l’avenir du Président Kabila». L’Ong apprend que par le passé, « le gouvernement congolais a accordé des amnisties à d'anciens chefs de guerre et les a « récompensés » en les nommant à des postes de responsabilité au sein de l'armée nationale, perpétuant ainsi le cycle de l’impunité et des abus ». Avec l’accueil réservé à Gédéon, Hrw craint le recours du gouvernement à ses vieilles pratiques à des fins inavouées.