La Nouvelle Tribune

Gambie : le coup de gueule de Yaya Jammeh contre Ban Ki-Moon et Amnesty

Espace membre

C'est un fait! Yaya Jammeh n'aime pas les organisations internationales, qui dénoncent très souvent les actes antidémocratiques de son gouvernement. Après une énième répression dans le pays qui a conduit à l'arrestation de plusieurs opposants et la mort d'un parmi eux, le ton est une fois encore monté entre le président gambien et les autorités de certaines organisations internationales dont l'ONU et Amnesty International.

Et pour cause, Ban Ki Moon secrétaire général de l'ONU et Amnesty International ont exigé le lancement d'une enquête pour déterminer les circonstances de la mort du détenu. Il n'en fallait pas plus pour provoquer la colère de Yaya Jammeh: 

« Ban Ki-moon et Amnesty International peuvent aller en enfer! Qui sont-ils pour exiger cela? » a t-il déclaré aux journalistes de Jeune Afrique.

Pour le président gambien, il arrive que des gens meurent en détention sans que cela n'émeuve les organisations internationales. Citant le cas des détenus morts en prison aux USA, ou plus près en Côte d'Ivoire où plusieurs personnes sont décédées en prison d'après certaines associations. Assumant son côté dictateur, il affirme être un dictateur du développement. Pour lui il subit cette campagne de dénigrement juste parce qu'il n'est pas comme la plupart des dirigeants africains, parce qu'il n'est pas un suiveur, mais plutôt un dirigeant

Lire Gambie : Yahya Jammeh menace d’exciser quiconque excise une fille

Pour finir il a affirmé avoir un problème avec les institutions qui veulent indiquer à son pays comment accéder à la croissance. «  Ma croissance, ma prospérité, c’est moi qui les définis » a t-il déclaré sans ambages, affirmant que sous son régime, le pays va mieux avec des institutions présentes et un système de santé fiable.