La Nouvelle Tribune

Burkina : Kabore critique encore l'annonce d'un déploiement du GIGN français

Espace membre

Roch Christian Kabore, le président burkinabè n'a pas spécialement apprécié l'annonce du déploiement des troupes d'élite de la gendarmerie française et il l'a fait savoir.

En effet, après l'attentat de Grand Bassam en Côte d'Ivoire, le gouvernement français avait annoncé le déploiement d'une équipe du Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN), au Burkina Faso. Seul hic, les autorités burkinabè n'avaient pas été informées au préalable. 

"Nous avons appris sur France Inter qu’il y allait avoir un déploiement du GIGN." a déclaré le président Kaboré dans les colonnes du quotidien le Monde

Vexé donc contre cette méthode le gouvernement de Roch Kaboré avait déjà face à la presse critiqué cette démarche. Le président l'a ensuite fait savoir aux diplomates français présents dans le pays puis ensuite aux autorités françaises lors de son déplacement!

"Nous avons protesté auprès de l’ambassadeur et nous avons eu l’occasion de dire au président et au ministre de l’intérieur que nous n’acceptions pas de décision sans être concertés. Ils s’en sont excusés et je pense qu’il n’est pas question d’un déploiement du GIGN (...) " a expliqué le président Kaboré aux journalistes français

Toutefois il précise qu'il ne s'agit pas de rejeter une aide qui peut être bénéfique au pays des hommes intègres. Il rappelle que la procédure normale devrait être respectée, et que dès lors que cette condition est effective, un envoi de deux éléments du GIGN pour "assister les forces de lutte contre le terrorisme et le renseignement." peut être envisagé.

Abordant le cas de Blaise Compaoré, le président Kaboré a affirmé que lorsqu'on dirige un pays pendant 27 on doit rendre compte à la population. Une manière de dire que le pays n'a pas renoncé à juger l'ancien président réfugié en Côte d'Ivoire et ivoirien depuis quelques mois.