La Nouvelle Tribune

Cpi : Gbagbo et Blé Goudé à la barre dès ce jeudi

Espace membre

Journée historique ce jeudi 28 janvier 2016 à la Cour pénale internationale (Cpi). C’est ce jeudi que s’ouvre à la Haye le procès tant attendu de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son ancien ministre et homme de main, Charles Blé Goudé. Accusés de crime guerre, crime contre l’humanité dans la crise poste électorale de 2010 qui a couté la vie à plus de 3000 personnes, ils entament une nouvelle étape de leur séjour à la Cpi.

Il s’agit également d’une date importante pour cette juridiction internationale qui ouvre ainsi pour la première fois, un procès contre un ancien chef d’Etat. Heureux de l’aboutissement de ce processus, Karim Lahidji, président de la Fidh, l’organisation internationale de défense des droits de l’homme, a déclaré que « ce procès revêt une portée particulière par le message qu’il envoie : les plus hauts responsables politiques d’un Etat, quel que soit leur rang ou position, ne bénéficient d’aucune immunité devant la Cpi s’ils sont accusés de crimes internationaux ». A travers ce procès, il voit aussi une réponse aux cris à la justice des victimes, des parents de victimes qui portent encore les marques indélébiles des barbaries commises pendant cette qui crise.

Pendant que ces deux figures de la crise seront en train de s’expliquer devant la Cpi, des proches à eux croupissent en prison en Côte d’Ivoire en dépit des demandes formulées par la Cpi pour les avoir. Les autorités ivoiriennes estiment que le procès qui s’ouvre à la Haye doit s’inscrire dans une « complémentarité entre justice nationale et internationale ». Et parlant de justice la grosse question qui se pose est « quand est-ce que la Cpi se penchera sur les barbaries commises par les hommes du camp Ouattara au pouvoir ? ». Beaucoup critiquent la Cpi de mener une justice à double vitesse en Côte d’Ivoire.