La Nouvelle Tribune

Elections au Burkina : Le dépouillement a démarré

Espace membre

C'est l'heure des dépouillements au Burkina Faso.  Dans les bureaux de vote les agents s'attellent au décompte des suffrages exprimés.

Au collège privé Creuset où a voté le premier ministre zida, sur les 968 inscrits, 640 votants ont été enregistrés à la clôture des votes soit un taux  de participation de 66%.

 

Le dépouillement a commencé. Première remarque: fort taux de participation Posté par lanouvelletribune.info sur dimanche 29 novembre 2015

 

Elections au Burkina : Déclaration de Michel Kafando après le vote

Le président Michel Kafando a voté dans la matinée de ce dimanche au Lycée Bambabata de Ouagadougou aux environs de 9h, heure locale. Il a fait une déclaration après avoir accompli son devoir civique dont voici un large extrait transcrit par l’envoyé spécial de La Nouvelle Tribune à Ouagadougou. « C’est un grand jour pour le Burkina Faso comme vous le savez. Je viens d’accomplir mon devoir civique en exprimant mon vote aussi bien pour la présidentielle que pour les législatives. Je crois qu’il faut le dire franchement, c’est une victoire. C’est une victoire pour la transition qui avait mis son point d’honneur à organiser ces élections dans le cadre d’une année. Nous avons eu ce que vous savez, mais malgré tout nous restons dans l’année 2015 et nous pensons que le processus ira à son terme. C’est une victoire aussi pour le peuple burkinabè. Depuis 1978, où nous avons eu des élections véritablement démocratiques avec ballotage du chef de l’Etat de l’époque le président Lamisana c’est une victoire parce que aujourd’hui, après une éclipse de 27 ans, nous en revenons au système d’un vote pleinement démocratique, transparent, clair. Nous l’avons voulu ainsi parce que pour aller à l’étape suivante, installer les autorités que nous allons élire, et promouvoir une véritable société de changement, il fallait véritablement que ce scrutin soit crédibilisé. Le président de la Céni à côté de moi et ses collaborateurs ont mis tout, je dis bien tout pour que nous relevions le défi. Donc je dois dire que c’est un jour capital. C’est aussi une victoire pour la jeunesse du Burkina. Parce que si nous sommes à cette étape-là, c’est parce que cette jeunesse en 2014 s’est exprimée, a exprimé sa volonté d’un changement net, a exprimé sa volonté d’une application de la démocratie de la liberté au Burkina. Moyennant quoi ? La transition que nous conduisons n’a fait qu’appliquer ce programme et mettre en exécution cette volonté. Je dirai aussi que c’est une volonté pour le monde entier parce que je l’ai dit souvent, le monde entier attendait de voir ces élections-là, quel résultat en sortirait pour être un exemple non seulement pour l’Afrique mais aussi pour l’extérieur. Je pense que c’est un jour vraiment important pour le Burkina, nous prions Dieu pour que les choses aillent jusqu’à terme. Je suis optimiste, parce que du côté sécuritaire toutes les dispositions ont été prises tant à l’intérieur qu’au niveau de nos frontières pour que véritablement ces élections se passent dans la sécurité, dans la paix et dans la sérénité... Nous sommes là au jour-J, je souhaite véritablement que le peuple burkinabè s’exprime. Les jeunes doivent sortir massivement pour voter parce qu’ils doivent choisir désormais leurs vrais leaders. Faut plus qu’on se plaigne demain parce que tel ou tel homme politique n’a pas fait… Choisissez maintenant, déterminez-vous maintenant. Si vous le faites, vous verrez que vos choix porteront et que le Burkina Faso, à l’issue de ces élections amorcera une ère de démocratie, de liberté, de compréhension. Alors je souhaite bonne élection à tout le monde, que nous puissions nous en sortir sans violence, qu’il y ait un faire-play...».

 

Image du vote du Président de la Transition, Michel Kafando, il y a quelques minutes Posté par lanouvelletribune.info sur dimanche 29 novembre 2015

 

Burkina : Déclaration de Zida après le vote

Après Chérif Sy, le président du Conseil national de transition (Cnt) aux environs de 6h30 au lycée, le premier ministre Isaac Zida a été la deuxième personnalité à accomplir son devoir civique au collège privé Creuset de Ouagadougou. Habillé en tenue traditionnelle il a affiché un air de satisfaction. Après avoir voté, il s’est livré à la presse. « C’est un véritablement sentiment de bonheur qui m’anime ce matin. Ce jour est un grand jour, c’est un jour que nous avons rêvé depuis le 31 octobre 2014. Il y a eu des péripéties, mais nous-y voilà. Nous ne pouvons que féliciter tout le peuple burkinabè qui a œuvré afin que ce jour soit une réalité. Je voudrais inviter tous ceux qui sont détenteurs de cartes d’électeurs de ne pas hésiter un seul instant à se mobiliser afin que l’on puisse véritablement s’exprimer ce jour-là et qu’au résultat nous ayons des autorités choisies par le peuple burkinabè pour gouverner notre pays. Nous avons connu une année de transition et vous le savez, ce n’est pas facile une transition. Donc aux sorties de cette élection, nous allons enfin retourner à la normalité et le pays va décoller sur le plan économique, sur le social. Et je pense que cela vaut vraiment le coup. Les candidats, je veux les inviter à faire confiance à la Céni qui a organisé de manière très professionnelle ce processus électoral. Ils n’ont qu’à faire confiance aux organes de délibération, qu’ils fassent également confiance aux organes de réclamation et que véritablement personne ne puisse contester les résultats qui vont sortir des urnes ».

 

Images du vote de Zida au lycée privé creuset de Ouagadougou il y a quelques minutes. "Nous allons enfin retourner à la normalité", s'exprime-t-il après son vote Posté par lanouvelletribune.info sur dimanche 29 novembre 2015

 

 

Burkina : Chérif Sy vote et appelle à voter en mémoire des martyrs de l’insurrection

C’est très tôt autour de 6 h heure locale que Chérif Sy, le chef du Cnt a voté dans le bureau de vote N°3 au Lycée Réveil de Ouagadougou. Il appelle les Burkinabès à voter en mémoire des martyrs de l’insurrection. « Pour nous les Burkinabès c’est un grand jour. C’est la première fois que nous avons des élections avec autant d’inscrits. C’est la première fois que nous avons une élection qui donne toutes les garanties de transparence, d’équitabilité. Les responsables gouvernementaux ne sont pas acteurs. Les acteurs sont sur un pied d’égalité. C’est le lieu de féliciter de remercier la Céni, les forces de l’ordre. Il appartient aux Burkinabès d’écrire leur propre histoire, de sortir et de voter massivement en mémoire de ceux qui sont tombés en octobre 2014 aussi bien qu’en septembre 2015 ». a-t-il déclaré après son vote.

 

 

Tôt ce matin, Chérif Sy, Président du Conseil national de transition, a accompli son devoir de citoyen Posté par lanouvelletribune.info sur dimanche 29 novembre 2015

Avant lui, Emmanuel Saba, un géophysicien qui a voté confie «  c’est les premières élections post-insurrectionnelles. On se dit que ça va être des élections transparentes et surtout équitables. Par le passé ce n’était pas le cas. L’enjeu est suffisamment grand, les espoirs aussi sont grands. On croise les doigts et on espère que tout va bien se passer ». Pour ce Burkinabè « On espère que ce qui se passait avant l’insurrection ne va plus se passer. L’enjeu est grand parce qu’il est question de choisir des gens qui puissent se positionner dans la continuation de l’œuvre insurrectionnelle ». La particularité est dit-il qu’« on ne connait pas le vainqueur. Le suspens aussi est là. Ça fait que chacun grouille pour son candidat passe. C’est pour ça que je pense que l’engouement va être suffisamment grand ».

Olivier Ribouis, Envoyé spécial à Ouagadougou