La Nouvelle Tribune

Elections au Burkina : Les premières observations de la Codel

Espace membre

Il y a de quoi se réjouir à la veille des précieuses élections législatives et présidentielles couplées qui se tiennent demain dimanche 29 novembre au Burkina Faso. La convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (Codel) a rendu ce samedi ses premières observations sur la phase préélectorale.

Dans sa déclaration à la presse, la Codel note des « motifs de satisfaction de la phase préélectorale ». Elle a fait des observations sur le déroulement paisible de la campagne électorale qui s’est achevée avec des fortunes diverses pour les 14 candidats à la présidentielle. « La campagne électorale qui vient de s’achever s’est déroulée de manière paisible et sans incidents majeurs » a indiqué Me Halidou Ouedraogo, le président de la Codel. Selon la Codel, les acteurs politiques se sont évertués à respecter la charte de bonne conduite et à présenter leurs offres programmatiques aux populations dans un esprit républicain, de respect de l’autre et de courtoisie ». La Codel à cet effet, « souhaite que l’ensemble des acteurs politiques continuent à œuvrer à des scrutins présidentiel et législatifs apaisés, transparents et crédibles». La Codel souligne également la contribution importante des autorités de la transition et de la Commission nationale indépendante (Céni) qui jusque-là jouent bien leurs partitions. « La Céni s’est jusque-là efforcée de s’acquitter dans les meilleures conditions de toutes les tâches à lui échues, en parfaite intelligence avec toutes les autres parties prenantes du scrutin » a noté la Coordination des Osc burkinabè. La participation active des femmes, la couverture assez professionnelle des campagnes électorales par la presse, les dispositions sécuritaires prises pour la sécurité et la sécurisation du vote, sont aussi autant de se choses qui réjouissent la Codel.

 

 

Le président de la Codel, organisation faîtière des Osc au Burkina Posté par lanouvelletribune.info sur samedi 28 novembre 2015

Des dysfonctionnements

Tout n’est cependant pas rose. La Codel a aussi noté des dysfonctionnements dont elle fait part à la presse. Il y a la publication d’articles et des posts « parfois virulents  pour ne pas dire agressifs et violents. Les commentaires désobligeants et les critiques acerbes fréquents» sur les réseaux sociaux, l’affichage anarchique, des stratégies de contournement de l’interdiction de la distribution et du port des gadgets publicitaires à l’effigie des candidats.

Olivier Ribouis, Envoyé spécial à Ouagadougou