La Nouvelle Tribune

Présidentielle au Burkina : Bousculade lors du dernier meeting de Kaboré

Espace membre

A quelques heures de la clôture de la campagne pour le compte des élections au Burkina, Kaboré tient son dernier meeting sur la voie menant au stade du 4 août où on peut aperçevoir un monstrueux bouchon.

Il est actuellement difficile de se frayer un passage. Certains usagers forcent les entrées durement gardées par les agents de sécurité. « Mpp un coup ko! Mpp Kosyam», scandent des jeunes déchaînés pour la victoire du candidat Christian Kaboré. Kaboré après avoir donné rendez vous au Kosyam, promet la rupture avec le système compaoré auquel il a participé pendant 20 ans dans le stade qui est rempli de papillons à son effigie. Il s'est au cours de son dernier meeting adressé au public en morin.

 

Les partisans sont venus nombreux pour participer au dernier meeting de Kaboré dans le stade qui est rempli de papillons à son effigie. Posté par lanouvelletribune.info sur vendredi 27 novembre 2015

 

Présidentielle au Burkina :Des chiffres qui prédisent un K.O

Il n’y aura pas de second tour pour la présidentielle du dimanche 29 novembre 2015 au Burkina Faso selon des résultats d’un sondage publié mercredi par l’institut de sondage Apidon et qui circulent sur les lèvres de certains Burkinabès et dans la presse locale à Ouagadougou. Selon ces chiffres, c’est le candidat Roch Marc Kaboré qui passerait dès le premier tour avec un score de 53,48% devant son principal challenger Zéphirin Diabré crédité de 30,53 par les mêmes sources. Arrive en troisième position Me Benewendé Sankara qui ferait 4,47%. Ces résultats sont le produit d’une série d’enquêtes qui étaient à leur 3ème phase. Au total 3013 personnes disposant d’une carte d’électeur ont été touchées par l’enquête réalisée suivant la méthode des quotas sexe-âge et à travers des entretiens téléphoniques. Au premier abord, les résultats des entretiens réalisés du 04 au 11 novembre 2015 donnaient Kaboré devant avec 45,20% et Zeph en seconde position avec 24,55%. A ce stade, il devrait y avoir second tour. C’était sans compter les indécis qui représentaient 22,34% des interviewés. Les enquêteurs de l’institut de sondage Apidon ont alors entrepris le week-end dernier d’actualiser leur travail en procédant à nouveau à des entretiens avec les indécis. De ceux qui ont à présent opéré leurs choix, beaucoup sont favorables au candidat Kaboré. C’est avec l’intégration de ceux-ci que Kaboré l’emporterait dès le premier tour si le sondage de l’institut Apidon était conforme à la réalité. Ce qu’on peut bien croire si on s’en tient à des confidences de quelques jeunes rencontrés dans un centre de jeu baby-foot. Pour ces jeunes, Kaboré seraient le meilleur choix. Aussi, il y a que Kaboré est de l’ethnie majoritaire des Mossi. Des analystes politiques interrogés ont indiqué que le vote selon l’appartenance ethnique est très en vogue lors des scrutins au Burkina Faso.

Présidentielle  au Burkina : La Cedeao veut « un résultat fiable le lendemain »

Avec 133 observateurs déployés au Burkina Faso pour surveiller le déroulement des élections, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a le souci d’une « élection libre, transparente et crédible » dans le pays des hommes intègres. Jeudi après une rencontre avec la Commission électorale nationale indépendante, (Céni), Manuel Serifo Nhamadjo, le chef de la mission de la Cedeao a rencontré les journalistes à l’hôtel Laïco de Ouagadougou pour un point. « On est très Satisfait de l’équipement déployé dans tout le pays pour le jour de l’élection et le système. Dans tout le monde il n’y a pas de système parfait, mais le système –burkinabè- nous donne la garantie d’être un excellent système » a déclaré, l’ancien président de la transition de la Guinée-Bissau qui conduit actuellement la mission d’observation de la Cedeao. Selon Manuel Serifo Nhamadjo, « tous les politiciens engagés dans le processus ont connu qu’on va sortir le lendemain avec un résultat fiable ». Cela a-t-il poursuit, est ce que souhaite la Cedeao. La mission d’observation a expliqué le Béninois, Francis Oké, le chef de la division assistance électorale, est « une mission à deux composantes ». Une composante à long terme qui a lieu depuis le 08 novembre pour une durée d’un mois et qui a suivi toute la campagne électorale. Il y a la mission à court terme qui est arrivée le 24 novembre et qui ira jusqu’au 02 décembre. Dans cette mission à court terme de 13 membres, selon un communiqué de la Cedeao, il aura des représentants des commissions électorales nationales de la région tout comme d’experts formés au centre Koffi Annan pour la paix basée à Accra au Ghana. Le principal objectif de cette mission diligentée conformément au protocole additionnel de la Cedeao sur la démocratie et la bonne gouvernance qui mandate la Cedeao à soutenir donner une assistance aux Etats membres organisant des élections, est « d’observer les élections, suivre le déroulement et produit un rapport » au terme de l’élection.

 

La mission de la CEDEAO chargée de surveiller les élections au Burkina rencontre la presse locale et internationale Posté par lanouvelletribune.info sur vendredi 27 novembre 2015

 

Olivier Ribouis, Envoyé spécial à Ouagadougou