La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire : Ouattara clame son amitié à Gbagbo et obtient sa condamnation

Espace membre

Alassane Ouattara séduit les chefs de traditionnels de Gôh à Gagnoa, la région d’origine de son rival l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, détenu à la Cpi. L’actuel chef de l’Etat ivoirien en pleine campagne électorale a clamé lundi, son amitié à  Laurent Gbagbo, son rival lors de la crise postélectorale de 2010 ayant fait 3000 morts pour lesquels celui-ci est accusé à la Haye.

« Je peux dire que l’ancien Président Gbagbo est un frère. Nous avons été certes des adversaires politiques, mais nous avons passé de grands moments d’amitié » a déclaré Alassane Ouattara. Il s’est dit « particulièrement surpris par ce qui est arrivé » avec le président Laurent Gbagbo. A Gôh où il tenait ce discours de campagne, Laurent passe désormais pour un renégat. Les chefs traditionnels de sa région d’origine le condamnent pour la crise de 2010 et demandent pardon au peuple ivoirien. En référence à l'ex-président Laurent Gbagbo, Joseph Dagbo Gadji, le Porte-parole des chefs traditionnels, religieux et cadre de Gagnoa a déclaré « Un de nos fils a dirigé la Côte d’Ivoire. Le canari que le peuple lui a confié s’est cassé… Les pères que nous sommes, assumons collectivement la responsabilité des torts causés par les fils de Gagnoa à la nation ». Ce chef de la tribu des Bété à laquelle appartient Gbagbo a également dit « nous demandons pardon aux Ivoiriens, nous nous inclinons devant toutes les victimes de la crise que nous avons vécue ».

Dans une litanie il a dit au président Ouattara, « vous êtes le président de tous les Ivoiriens sans exclusions ; vous êtes le président d’une nation que vous voulez amener à l’émergence, c’est avec vous que nous bâtirons cette Côte d’Ivoire dont vous rêvez, une Côte d’Ivoire de solidarité, d’amour, réconciliée, une nation et l’espérance promise à l’humanité ».