La Nouvelle Tribune

Libye : les groupes terroristes se mangent entre eux

Espace membre

Qui a dit que les loups ne se mangent pas entre eux ? Entre les groupes terroristes, il est bien possible de se combattre et même de vouloir s’éliminer. C’est à cela que se livrent les groupes terroristes Etat islamique et Al Qaida en Libye. La branche libyenne du groupe Etat islamique recherche activement Mokhtar Belmokhtar, le terroriste algérien promu chef de la branche ouest africaine de l’organisation terroriste Al Qaida.

Sa tête est mise à prix, a-t-on appris d’un chercheur français, Romain Caillet qui a fait état de l’existence d’une « liste de cibles à éliminer » établie par l’organisation Etat islamique. Et le borgne qui réapparait toujours comme une hydre chaque fois qu’il est donné pour mort serait sur cette liste appelée « death list ». Terroriste le plus redouté dans le Sahel selon des services de renseignement occidentaux, Mokhtar Belmokhtar, a été le cerveau de la prise d’otages meurtrière du site gazier d’In Amenas en janvier 2013 dans son pays d’origine, l’Algérie. Il était dès lors très recherché par les Américains et leurs alliés dans la lutte contre le terrorisme. Sa tête avait été également mise à prix par les Etats-Unis à 5 millions de dollars.

Guerre de leadership

Entre les deux groupes terroristes, l’Ei et Al Qaida, il faut dire qu’une guerre de leadership intense fait rage. Affaibli avec la mort de son fondateur Ben Laden, Al Qaida est détrôné par l’organisation Etat islamique sur le terrain des attaques terroristes. Une pilule amère pour le groupe qui a fait parler de lui avec les attaques du 11 septembre sur le territoire des Etats-Unis, la première puissance mondiale. A noter que l’Ei prend de plus en plus le large sur Al Qaida avec des allégeances des groupes djihadistes locaux et sous régionaux comme Boko Haram. Cette guerre de leadership pourrait donc entrainer davantage d’affrontement entre les combattants des deux organisations. Mais ce qu’on pourrait aperçevoir comme un combat des forces du mal qui s’élimine est susceptible de devenir une source de multiplication des attaques contre les populations, dans le but de s’affirmer comme un groupe puissant. Une sorte de concurrence dans la barbarie donc !